RSS

Archives de Tag: strasbourg

Conference on Syrian Refugees: Between Formalities and Realities

Conference on Syrian Refugees: Between Formalities and Realities

 

Capture d_écran 2017-04-27 à 07.27.50

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 27, 2017 dans Manifestations scientifiques, News

 

Étiquettes : , , , , , ,

La France, terre d’élections turques

La France, terre d’élections turques

Par Ariane Bonzon

Slate.fr 06.06.2015

Capture d’écran 2015-06-07 à 00.24.47

Plus de 300.000 Franco-Turcs et Turcs de France étaient appelés aux urnes en mai à l’occasion des élections législatives. Un droit de vote obtenu de fraîche date, et qui n’est pas sans poser des problèmes.

La France vient de connaître une campagne législative animée, mais vous ne vous en êtes peut-être pas aperçus. Pourtant, à Bordeaux, Paris, Strasbourg, Rennes, Lyon, Nantes, Clermont-Ferrand et dans bien d’autres villes encore, ainsi que de nombreuses banlieues comme Sarcelles ou Villiers-le-Bel, les militants ont écumé les marchés ou les lieux de culte pour y distribuer leurs prospectus, ont multiplié les réunions dans toutes sortes d’associations culturelles ou religieuses. Certains se sont même joints à des cérémonies de mariage, vérifiant invité par invité que ces derniers étaient bien inscrits sur les listes électorales, et dans le cas contraire les aidant à le faire.

Cette campagne vous a échappé? Normal. C’est la France turque qui était mobilisée.

Peut-être avez-vous tout de même vu, le 2 mai, à Paris, place de la République, Selahattin Demirtaş, le co-président de l’un des principaux partis en lice en Turquie, le Parti démocratique des peuples (HDP, coalition d’opposition kurde, féministe, LGBT, écologiste, gauche) qui tenait un grand meeting électoral devant plusieurs milliers de supporters turcs et kurdes?

LIRE LA SUITE

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 6, 2015 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , ,

La Turquie après les élections : un premier bilan

La Turquie après les élections : un premier bilan

Table ronde élections

 
 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Strasbourg’da seçim gözlemleri

Strasbourg’da seçim gözlemleri

 

Samim Akgönül

url

 

 

15 Mayıs 2015 sabahı Strasbourg Başkonsolosluğunda, 7 Haziran Genel Seçimleri için oy kullandım. Birebir izlenimlerimi iletmeden önce Strasbourg seçmen kitlesini tanıtmam gerek ki bu öznel izlenimlerin bir anlamı olsun.

 

Strazburg başkonsolosluğunun bulunduğu bölge, Fransa genelinde Türkiye kökenlilerin en yoğun olduğu Alsace Lorraine bölgesi. Bu yoğunluğun da ötesinde Strasbourg’un öne çıkan iki özelliği daha var. Avrupa kurumlarının başkentlerinden ve Tükiye’nin kurucu üyesi olduğu Avrupa Konseyi’nin merkezi ve daha da önemlisi Türkiye kökenli bütün siyasi akımların güçlü ve etkin olduğu bir şehir: Strasbourg Köln’le birlikte Milli Görüş’ün Avrupa’daki tarihi merkezi (Eyüp Sultan Cami). AKP yandaşı en önemli Avrupa yapılanması COJEP’in Merkezi. Hizmet hareketinin bir okul ile, Diyanet’in bir İlahiyat fakültesi ile etkili olduğu bir şehir. Ayrıca şehirde Üniversite ve Avrupa kurumları çevresinde CHP’nin yadsınamaz bir varlığı var. Gene Strasbourg’da iki Süleymancı derneği, bir Nakşibendi dergahı mevcut. Ülkücü hareketin bir derneği ve camisi,

 

Alevilerin en önemli oluşumu Fédération Union des Alévis en France Strasbourg’da çok aktif. 2008’de Alevi dernekleri Federasyonu Strasbourg’da çok önemli tarihi bir buluşma gerçekleştirdi. 7000 kişinin katılımı ile “Aşk Ola” gecesi ünlü Zenith salonunda düzenlendi Kürtler de çok aktifler, 3 senedir Avrupa Konseyi önünde Abdullah Öcalan’ın tecridine son verilmesi için oturma eylemi yapıyorlar. Ondan da öte özellikle gençlerde HDP sempatisi oldukça güçlü. Partizanları ve diğer sol oluşumları saymıyorum bile. Ayrıca benim de hocalık yaptığım Türk Etüdleri Bölümü tam bir küçük Türkiye. Her kimliksel kökenden gençler var. Çoğu ilk defa oy kullanacaklar.

 

Görülebileceği gibi Strasbourg bir laboratuvar ve Türkiye’deki kimliksel ve siyasi kırılmaların daha da keskinleştiği bir kent. Bu kentte son Cumhurbaşkanlığı seçimlerinde oyların %74’ünü Recep Tayyip Erdoğan %17,5’uğunu Ekmeleddin İhsanoğlu ve %8,5’uğunu Selahattin Demirtaş aldı (Bakınız aşağıdaki tablo) ancak katılım çok düşüktü (tahminen %15 civarında) zira randevu sistemi ile uzak bir salonda yapılan seçimlere rağbet olmadı.

 

Strazburg

Bu seçimlerde 3 hafta boyunca Konsolosluğun küçük ve köhne binasında randevusuz sadece TC kimlik numarası ile yapılacağı duyuruldu. (Yarın yılan hikayesine dönen Daimi temsilcilik ve Konsolosluk binasının temel atma töreni var. Son derece iddialı bu bina bittiğinde yani aşağı yukarı 3 sene sonra Konsolosluk bu artık ihtiyaca cevap veremeyen binasından kurtulacak) Ben de yukarıda yazdığım gibi bu sabah oy vermeye gittim. İzlenimlerim aşağıdadır.

 

 

  • 15’de gittiğimde konsolosluğun dışında 3 kere kıvrılan bir kuyruk buldum. Açılış saati olduğunu düşünüp beklemedim.
  • 30’da geri geldiğimde kuyruk çok daha fazla uzamıştı. Şaşkınlığımı atlatıp kuyruğa girdim ve beklemeye başladım. Bir buçuk saatlik bir beklemeden sonra oyumu 12’ye doğru kullanabildim. Birçok seçmen beklemeden kuyruktan ayrıldı.
  • Kuyrukta gördüğüm ve duyduğum kadarıyla AKP ve MHP seçmeni ezici bir çoğunluktaydı.
  • Ancak HDP çok iyi çalışmış, HDP seçmeni de azımsanamayacak kadar o kuyruktaydı.
  • Bir kıvrılmada yan yana düştüğüm Milli Görüş topluluğu (başka konuşmalarından anladım) “çok şımarttık bu adamı tepemize çıktı. Biraz burnunu sürtmek lazım” dedi.
  • Civar şehirlerden konvoylar halinde camiler ve derneklerden gelenler olduğunu öğrendim. Dün Nancy’den 40 arabalık bir konvoy gelmiş. Ayrıca otobüslerle toplu olarak gelen dernekler de varmış.
  • Dışarıda yanımda bağıra bağıra telefonla konuşan Yüksek Seçim Kurulu görevlisi herkesle kafa tokuşturdu ve oy verme işleminin işi bilmeyen öğretmenler tarafından düzenlenmesinden çok şikayetçi oldu.
  • Kuyrukta sadece oy vermek için gelenler yoktu. Bütün işlemler için aynı kuyruğa giriliyordu. Pasaport askerlik vs için gelenler de saatlerce beklemek zorunda kaldılar.
  • Ancak bütün bu bekleme sürecinde hiçbir gerginliğe şahit olmadım. Herkes gayet neşeli idi.
  • Konsolosluğun içi tam bir mahşer yeriydi. Bütün kuyruklar birbirine girmişti.
  • 3 sandık konulmuştu. İkisi yukarı katta birisi zemin katta. Ben kalabalığı yararak birinci sandığa yaklaşabildim.
  • Sandık görevlileri MHP ve AKP’li idi ancak HDP de binada 3 gözlemci görevlendirmişti. CHP görevlilerini göremedim ya da fark etmedim.
  • Erkekler karıları ile oy kabinine girmek ya da onlara mührü nereye basmaları gerektiğini göstermek istiyorlardı. Sandık görevlileri her seferinde bu istekleri reddetti.
  • Sandık görevlilerinden öğrendiğim kadarıyla. Oy verme işlemi 19.00’da bittiğinde oylar sayıldı (Kaç oy verildiği sayıldı. Zarfları açmadan) ve torbalara doldurulup her partide bir anahtarının bulunduğu torbalara konuldu. Ancak muhalefet parti görevlileri Bern’deki anahtar skandalından çok etkilenmişler. Kimse kimseye zerre kadar güvenmiyor.
  • Oy verme işlemi Pazar dahil hafta sonları da devam edecek. Daha sonra mühürlü torbalar Ankara’ya nakledilecek ve orada sayılacaklar. Kanımca bu, oyunu izleyebilme ilkesine aykırı.

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 15, 2015 dans News

 

Étiquettes : , , , , ,

Cinquantenaire de la présence turque en France

Cinquantenaire de la présence turque en France

Un documentaire de Neyran Elden

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 1, 2015 dans Media

 

Étiquettes : , , ,

Histoire culturelle et historiographie mémorielle des Arméniens dans l’Empire ottoman et la République de Turquie

Histoire culturelle et historiographie mémorielle des Arméniens

dans l’Empire ottoman et la République de Turquie

Capture d’écran 2015-03-31 à 17.26.16

Journée d’étude – Arméniens de l’Empire Ottoman et de la Turquie

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 4, 2015 dans Manifestations scientifiques

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

APPEL A CONTRIBUTION : « Les réseaux sociaux numériques. Un espace de liberté à prendre ou une utopie mort-née ? »

APPEL A CONTRIBUTION

 

Colloque international, Strasbourg, LISEC /Misha /IUT Robert Schuman

23-25 novembre 2015

 

« Les réseaux sociaux numériques. Un espace de liberté à prendre ou une utopie mort-née ? » Capture d’écran 2015-02-04 à 22.22.17

 

Les réseaux sociaux numériques (RSN) prennent une part croissante dans les échanges médiatés communicationnels. Si le principe des réseaux sociaux n’est pas une spécificité du XXIème siècle, leur place dans l’Internet a permis leur extension, qui, par son ampleur et ses formes, ne trouve aucun précédent. Le nombre des contributeurs augmente régulièrement. La variété des fonctionnalités des RSN rend difficile une approche de chaque support. Néanmoins, il est possible de retrouver des traits communs entre Facebook, Tweeter, Youtube ou Flickr. Les pouvoirs publics, les sociétés privées, les médias évoquent les RSN comme une contribution très positive à l’avenir économique et au tissu social. D’autres les voient comme des outils permettant l’expression des minorités et de la diversité culturelle. Face à ces enthousiasmes qui ne sont pas sans en rappeler d’autres (le Minitel en France, ou l’informatique des débuts par exemple), il s’agit de proposer une approche critique, pour faire le bilan de leurs usages ou en envisageant, par exemple, les exclus des RSN ou les dévoiements du système par les pouvoirs politiques ou autres.

Ce colloque veut envisager les conséquences du développement des RSN dans différentes directions en favorisant une approche interdisciplinaire. De nombreux domaines peuvent être envisagés : politique, droit, international, économique, touristique, culturel, sécuritaire, social,…

Axe 1 : Relations et interactions des RSN dans leur écosystème – Impacts sociétaux

Les RSN sont d’abord examinés dans leur contexte de « réseau(x) de réseau », en l’occurrence l’Internet, et plus largement dans l’environnement physique qui en permet l’accès et l’échange de leurs communications : les réseaux de télécommunications. Ces réseaux reposent sur un modèle représentatif – dit modèle en couches (infrastructures, liaisons, services) – qui montre les relations et interactions à divers niveaux et permet d’en comprendre le potentiel et la complexité, mais aussi les risques qui en découlent.

Ce cadre relationnel forme les bases constitutives d’un véritable écosystème où les échanges croissent de manière quasi exponentielle du fait surtout de leur nature matricielle. Cet écosystème génère des flux financiers au prorata de l’audience et des flux de communications et aboutit à l’établissement d’un système d’oligopoles à l’échelle mondiale. Il importe donc d’analyser les aspects économiques de même que les aspects de gouvernance des RSN (traités en particulier par le Forum sur la Gouvernance de l’Internet (FGI), mais relevant aussi des domaines des lois et des règlements internationaux) dans le cadre de leur environnement de manière holistique, donc interdisciplinaire, voire transdisciplinaire.

On pourra alors examiner les RSN sous l’angle de leurs pratiques et de leurs usages y compris leur représentativité dans leurs sociétés respectives et, en les croisant avec les contenus échangés, identifier et évaluer les impacts sociétaux. Cet examen implique la prise en compte de problématiques communicationnelles (« Infocom ») autant que sociologiques et comportementales pour conforter le bien-fondé des impacts identifiés, démontrant ainsi la pertinence de la démarche interdisciplinaire dans l’activité de recherches en matière de RSN.

Axe 2 : les RSN donnent-ils un accès au(x) pouvoir(s) (empowerment) aux internautes ?

L’internaute lambda a le droit à l’expression et peut avoir le sentiment d’être lu ou entendu sur les RSN. En cela, ces derniers relèveraient d’une utopie, celle de la démocratie intégrale pour les pays riches, d’une démocratie en devenir pour les pays en développement (ped). Mais il faut analyser l’impact des RSN sur l’exercice ou l’avènement de la démocratie, en portant par exemple une attention particulière aux pays en développement (Afrique).

De même que les recherches sur le « journalisme citoyen » ont montré les limites de ce concept, de même peut-on s’interroger sur les limites du Web 2.0. Les RSN permettent aussi à certains individus de devenir en quelques années des acteurs mondiaux, tel Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. Les révélateurs d’actes militaires graves ou de la surveillance mondiale par les Etats-Unis comme Edward Snowden ou Julian Assange en sont d’autres exemples. Mais comme dans le « journalisme citoyen », on peut constater une professionnalisation des RSN qui peut se traduire par des dérives telles que les robots générateurs de « likes » payants, source de profits réalisées par la vente de données personnelles à des tiers. Comment gérer la protection des données personnelles des RSN ? Quelles conséquences cela a-t-il sur ce que certains appellent un vent de liberté qui souffle sur l’Internet ? A partir du moment où l’éthique fait partie des RSN, quelle forme lui donner ? Il faut également examiner pourquoi les RSN sont un lieu privilégié des jeunes et en quoi leurs usages varient selon les générations et les régions du monde.

Axe 3 : Langues, cultures et RSN

La diversité linguistique a indéniablement profité du développement d’Internet, comme le montre l’acceptation de l’usage de caractères non latins jusqu’aux noms de domaines. Qu’en est-il pour les RSN ? Sont-ils un élément favorable pour les relations au sein d’une culture et entre les cultures ? Si oui, de quelle manière ? Les minorités culturelles en profitent-elles ? Existe-t-il des exemples significatifs de RSN transfrontaliers qui cassent les barrières de l’Etat-nation ? A propos de l’Ecosse, de la Catalogne ou de l’Egypte, les médias ont attribué un rôle essentiel aux RSN dans l’évolution. Ne faut-il pas être plus prudent dans les jugements et envisager d’autres leviers plus puissants ? Quelle aide peuvent apporter les RSN à une initiative comme net.lang, portée entre autres par l’Unesco et l’Organisation internationale de la francophonie ? Quelles sont les possibilités d’expression des diversités linguistiques et culturelles qu’offrent les RSN ? Quel a été le rôle de la société civile, notamment au sein du SMSI, pour les développer ? Les pratiques des RSN diffèrent-elles de celles de l’Internet ? Derrière ces questions se profile celle de la diversité culturelle et des identités au sein d’un monde qui tend à la fois vers la globalisation, mais aussi vers la localisation. Enfin se pose la question de la norme linguistique. Dans la mesure où les RSN permettent l’expression de la diversité linguistique, ceux-ci renforcent-ils ou affaiblissent-ils la norme ?

Comité scientifique du colloque:

Stefanie Averbeck-Lietz, Université de Brême, Allemagne ; Samin Akgonul, Université de Strasbourg, France ; Francis Barbey, Université catholique d’Afrique de l’Ouest, Côte d’Ivoire ; Mohamed Ben Dahan, Université de Rabat, Maroc ; Bertrand Cabedoche, Université de Grenoble, France ; Emmanuelle Chevry-Pebayle, Université de Strasbourg, France ; Larbi Chouika, Université de Tunis, Tunisie ; Annik Dubied, Université de Neuchâtel, Suisse ; Pascale Erhardt, Université de Strasbourg, France ; Divina Frau-Meigs, Université de Paris 3, France ; Jean-Louis Fullsack, expert UIT, Strasbourg France ; Gilles Gauthier, Université Laval, Canada ; Alain Kiyindou, Université de Bordeaux, France ; Annie Le Noble-Bart, Université de Bordeaux, France ; Normand Landry, Université de Montréal, Canada ; Michel Mathien, Université de Strasbourg, France ; Vincent Meyer, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France ; Klaus Neumann-Braun, Université de Bâle, Suisse ; Gina Puica, Université de Suceava, Roumanie ; Claude Régnier, Université de Strasbourg, France ; Yeny Serrano, Université de Strasbourg, France ; Olivier Thévenin, Université de Haute-Alsace, France ; Marc Trestini, Université de Strasbourg, France ; Philippe Viallon, Université de Strasbourg, France ; Thomas Weber, Université de Hambourg, Allemagne

Comité d’organisation :

Rémy Bols, Université de Strasbourg ; Maxime Brigmanas, Université de Strasbourg ; Emmanuelle Chevry-Pebayle, Université de Strasbourg ; Juliette Kiehl, Université de Strasbourg ; Johanna Leclercq, Université de Strasbourg ; Ornella Mazan, Université de Strasbourg ; Gabriela Rotar, Université de Strasbourg ; Véronique Schilling, Université de Strasbourg ; Yeny Serrano, Université de Strasbourg ; Frédéric Tendeng, Université de Strasbourg ; Philippe Viallon, Université de Strasbourg

Eléments pratiques

La proposition d’intervention se fera sous la forme d’un résumé en français, en allemand ou en anglais d’environ 500 mots indiquant l’axe choisi, la problématique développée, la ou les hypothèses ainsi que la méthodologie retenue. Une courte bibliographie des références sera jointe. La proposition devra parvenir

avant le 15 avril 2015

à l’adresse suivante : lisec-chaire-unesco@unistra.fr. Elle comportera une première page indiquant les noms et prénoms du ou des auteurs, leur unité de rattachement, leur adresse postale et électronique, leur numéro de téléphone. Le texte commencera sur la deuxième page et n’aura aucun signe distinctif.

Les propositions seront analysées en double aveugle par le comité scientifique. Les réponses seront communiquées fin mai aux auteurs. Une revue en SIC va être approchée pour publier un numéro consacré à ce thème. Les textes écrits seront demandés après le colloque afin de bénéficier des discussions suscitées.

Prix de la participation 

Tarif normal : 140 € pour trois jours.

Tarifs réduits : 70 € pour les doctorants hors UdS, 0 € pour doctorants et étudiants UdS (inscription obligatoire).

Le prix comprend les pauses, 2 déjeuners au CROUS, 2 dîners dans des restaurants, la sortie en bateau, la visite des caves des hospices et la documentation.

 
Poster un commentaire

Publié par le février 4, 2015 dans Calls / Appels

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :