RSS

Archives de Tag: printemps turc

Peut-on parler d’un « printemps turc » ?

Peut-on parler d’un « printemps turc » ?

radio vatican

out est parti du projet de construction d’un centre commercial, prévu à la place d’un parc public à Istanbul. Depuis vendredi, la protestation contre ce projet s’est transformée en manifestation massive contre le pouvoir en place, et s’est étendue au reste de la Turquie.

A Ankara, la capitale, la police a utilisé lundi soir des gaz lacrymogènes et de canons à eau. Les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants auraient déjà fait plus de mille blessés à Istanbul et au moins 700 à Ankara. Deux jeunes hommes sont morts, l’un à Istanbul et l’autre à Hatay, près de la frontière syrienne dans le sud du pays.

C’est la première fois que le pouvoir en place doit faire face à un tel mouvement de contestation. L’AKP, le parti du Premier Ministre Recep Tayyip Erdogan, est à la tête du pays depuis 2002.
Parmi les manifestants, certains reprochent à Erdogan d’être trop conservateur et de vouloir « islamiser » la société turque.
Mais pour Samim Akgonul, chercheur au CNRS et professeur à l’Université de Strasbourg, cette contestation n’est pas du tout identitaire. Il est interrogé par Antonino Galofaro. RealAudioMP3

Samim Akgonul souligne que si les similitudes existent entre ce qu’est en train de vivre la Turquie et les « printemps arabes » (jeunesse, utilisation des réseaux sociaux, occupation longue), les manifestants turcs ne sont pas face à un dictateur qui a pris le pouvoir par un coup d’Etat.
De son côté, Erdogan réfute le terme de « printemps turc », qualifiant les manifestants d' »extrémistes » ayant des « liens » avec l’étranger.

Protestations Turquie : la société civile contre l’autoritarisme

Le premier ministre Erdogan a lancé un appel au calme lundi matin alors que les manifestations ont continué dans la nuit de dimanche à lundi. Des centaines de blessés ont été répertoriés et peut-être même deux morts depuis le début des manifestations vendredi soir. La violence de la répression policière sur les manifestants a déclenché la réaction des partenaires étrangers, Etats-Unis et Union Européenne en particulier, et les excuses du premier ministre. Chercherait-il à redorer son image internationale, ternie par les affrontements ?
La Bourse en effet en chute lundi, signe de l’inquiétude des investisseurs après ce week end agité. La pérennité du parti Justice et Liberté (AKP) et de son chef Recep Tayyip Erdogan au pouvoir depuis 2003 est principalement due à la croissance économique. Elle permettait jusqu’ici de compenser l’ autoritarisme croissant, la destruction des fondations laïques de la société turque moderne, le capitalisme à outrance, la limitation de l’Etat de droit et de la liberté d’expression.

Capitalisme islamique

A l’origine de ces révoltes : un ultime plan d’aménagement urbain, qui prévoit l’expulsion d’habitants de certains quartiers, moins d’espaces verts pour un nouveau centre commercial, l’édification d’un nouveau pont sur le Bosphore ou encore la construction de la plus grande mosquée de Turquie .
En toile de fond se trouve aussi l’ islamisation progressive de la société: restrictions sur l’alcool et les avortements, diffusion du port du voile islamique. En d’autres termes, le rejet de la civilisation européenne et de l’héritage du laïcisme moderne d’Atatürk vers un capitalisme islamique peu cohérent avec la société turque.
Ce mouvement de protestation en Turquie n’est pas comparable aux printemps arabes : le premier ministre Erdogan a été élu démocratiquement, à trois reprises, et est toujours soutenu par une forte majorité de la population, très conservatrice. Les réussites de l’AKP sont nombreuses : croissance économique, disparition de la menace de coup d’Etat et perte de pouvoir de l’armée. La Turquie a même été érigée en modèle régional et international de conciliation entre islamisme modéré et démocratie

Démocratie autoritaire

Les Turcs ont vu leur liberté et leur pouvoir politique augmenter ces quinze dernières années, puis se restreindre plus récemment avec l’autoritarisme croissant du premier ministre, qui se rêve en nouveau sultan. Recep Tayyip Erdogan ambitionne de présidentialiser le régime, en commençant par les élections présidentielles de 2014, qu’il compte bien remporter. Elles seront pour la première fois au suffrage universel direct.
Le contrôle de la presse est fort: la Turquie est le pays avec le plus grand nombre de journalistes emprisonnés, les médias n’ont pas couvert les manifestations pendant les deux premiers jours par peur de représailles, Twitter est considéré comme une « menace pour la société turque » par le premier ministre. Si l’on ajoute la faiblesse de l’opposition institutionnelle, rien ne semblait pouvoir empêcher la réalisation des desseins du premier ministre Erdogan.

Si une démocratie se juge à la force de sa société civile, la contestation actuelle est une bonne nouvelle pour la république de Turquie. Les Turcs ont montré ces derniers jours qu’ils refusent la dérive autocratique de leur premier ministre. La société civile est mature, et pas seulement pour une élite urbaine : la contestation, partie d’Istanbul, s’est vite répandue à la capitale Ankara et aux villes de province. Les évènements récents prouvent que les Turcs, s’ils soutiennent toujours Recep Tayyip Erdogan, ont leur mot à dire sur la conduite de l’Etat. (J.Degosse)

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 14, 2013 dans News

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

« C’est la preuve que la Turquie a complètement digéré la démocratie »

« C’est la preuve que la Turquie a complètement digéré la démocratie »

La Nouvelle République

4 juin 2013

Samim Akgönül, historien et politologue franco-turc.

 

Les commentateurs parlent déjà de « printemps turc ». Qu’a-t-il de commun avec les printemps arabes ?
« Il y a des similitudes, mais aussi des différences majeures. Ce qui rappelle les printemps arabes, c’est qu’il s’agit d’un mouvement non identitaire, qui n’est pas basé sur des clivages laïcs contre musulmans, Turcs contre Kurdes ou droite contre gauche… C’est un mouvement social porté par la moyenne bourgeoisie et la classe ouvrière, par des personnes qui aspirent à moins d’autoritarisme, à plus de libertés sociales, à plus de liberté d’expression.
La comparaison s’arrête là, car en aucun cas on ne peut comparer Erdogan à Ben Ali, Moubarak ou Assad, qui sont des dictateurs. Erdogan a été élu démocratiquement à trois reprises, il y a peu de chance qu’il quitte le pouvoir. Ce n’est pas un coup d’État, ce n’est pas une révolution pour changer le système, mais une révolte pour obtenir plus de libertés au sein de ce même système. »
Les derniers mouvements de cette ampleur remontent au dernier coup d’État, en 1980…
« Le mouvement social de la fin des années soixante-dix avait été amplifié par l’armée pour justifier un coup d’État. Aujourd’hui, ce n’est pas possible, en partie parce que l’AKP a affaibli le pouvoir militaire. Toute une génération, celle qui était adolescente dans les années quatre-vingt, a été contrainte d’être dépolitisée, car faire de la politique était dangereux. Ceux qui mènent ce mouvement aujourd’hui, ce sont les jeunes des années 2000, qui eux n’ont pas le poids du passé. Ils sont politisés, sans être dogmatiques… C’est ce qui est nouveau. »
S’ils ne veulent pas renverser le pouvoir, que veulent les manifestants ?
« C’est l’agrégation de plusieurs frustrations. Certains sont fâchés par les restrictions de ventes d’alcool, d’autres par le processus de paix avec les Kurdes, d’autre pour des questions religieuses, d’autres pour le mode électoral, d’autres pour la liberté d’expression… Il n’y a pas de demandes concrètes, il n’y a pas de chef. L’idée générale, c’est que la Turquie a complètement digéré la démocratie et ne peut plus accepter l’autoritarisme, d’où qu’il vienne. On est à un tournant, on ne pourra plus revenir en arrière. »

Recueilli par M. Es.
 
Poster un commentaire

Publié par le juin 4, 2013 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :