RSS

Archives de Tag: présidentielle

Présidentielle en Turquie: le temps d’Erdogan, le temps des raisins

Présidentielle en Turquie: le temps d’Erdogan, le temps des raisins

L’Express

Par , publié le 12/08/2014

 

Notre contributeur Samim Akgönül analyse le résultat de la présidentielle en Turquie. Selon lui, il s’agit d’une petite victoire pour Recep Tayyip Erdogan.

election-presidentielle-turquie_5012073
 

La Turquie vient de vivre une première. Le Président de la République vient d’être élu au suffrage universel et l’indéboulonnable Recep Tayyip Erdogan a été élu avec 51,8% des voix. Et indéniablement, la Turquie a franchi une nouvelle étape dans la mutation de son régime, mais également de sa société. 

Avant tout, en raison d’une loi électorale très restrictive, il n’y avait que trois candidats au premier tour de l’élection et non pas plus de 10, voire 15 comme en France. Ces trois candidats présentaient trois profils très différents. Recep Tayyip Erdogan promettait un régime présidentiel, très centralisé en vouant la stabilité économique et politique. Ekmeleddin Ihsanoglu, candidat commun des kémalistes et des nationalistes, figure apolitique mais conservateur, promettait la continuation d’un régime où le président aura un profil bas, tentant de grappiller des voix de l’électorat d’AKP. Selahattin Demirtas, candidat d’une coalition de Kurdes, de la gauche libérale, d’une partie de la gauche socialiste, des écologistes et des structures disparates de la société civile comme les féministes ou le mouvement LGBT, avait une offre politique radicalement différente, avec une Turquie hyper-décentralisée. 

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/le-temps-des-raisins-bilan-de-l-election-presidentielle-en-turquie_1565795.html#VrftJorwiZUF5LUW.99

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le août 13, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , , , ,

L’élection présidentielle, les Kurdes et l’avenir de la démocratie en Turquie

L’élection présidentielle, les Kurdes et l’avenir de la démocratie en Turquie

 

Orient XXI > Magazine > Samim Akgönül > 8 août 2014
arton653-resp560

La première élection présidentielle de Turquie au suffrage universel, dont le premier tour aura lieu le 10 août, fonctionne comme papier de tournesol, cet outil des chimistes qui révèle les substances basiques ou acides. Les démons séculaires de la Turquie réapparaissent, s’aiguisent, s’affublent de nouveaux habits. Il y a particulièrement deux fractures dans les fondations de cette société. La première est religieuse, entre musulmans et non-musulmans, entre sunnites et alévis, entre islamistes et séculiers.

La deuxième est ethnique, entre Turcs et Kurdes. Ces derniers forment la plus grande minorité ethnolinguistique du pays, autochtone qui plus est, contrairement à d’autres composantes musulmanes du pays comme les réfugiés du XIXè siècle des Balkans et du Caucase. Inutile de dire que la communauté kurde n’est pas reconnue comme une minorité, ni ne possède des droits spécifiques.

LIRE LA SUITE

 
Poster un commentaire

Publié par le août 8, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , ,

Turquie : changement de régime ?

Turquie : changement de régime ?

Samim AKGÖNÜL Université de Strasbourg

Libération 17 juillet 2014

TRIBUNE

 

La Turquie s’apprête à voter les 10 et 24 août lors d’une élection inédite où le président de la République sera élu au suffrage universel, à travers un scrutin à deux tours, mais vidé de sa substance. La loi électorale prévoit minimum 20 signatures de députés de partis ayant un groupe parlementaire. Par conséquent, les candidats des mouvements politiques et civils hors de l’Assemblée sont écartés. Résultat : seuls trois candidats ont recueilli le nombre de signatures nécessaires. Ainsi, le fameux adage, «au premier tour, on choisit ; au second, on élimine», ne pourra être appliqué que très partiellement.

Il y a aussi le problème des prérogatives du président qui, bien qu’ayant plus de pouvoir qu’un président symbolique, n’est pas le chef de l’exécutif dans ce régime parlementaire. Les tentatives d’adoption d’une nouvelle Constitution, qui ouvrirait la voie à un régime présidentiel ayant échoué, le futur président aura une légitimité électorale mais sans responsabilité qui va avec. Une hybridation expérimentale dont les conséquences politiques sont encore floues.

LIRE L’ARTICLE

 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 23, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :