RSS

Archives de Tag: Nicolas Sarkozy

Hollande en Turquie : la fin de « l’âge de glace » ?

Hollande en Turquie : la fin de « l’âge de glace » ?

Relance des relations diplomatiques sur fond de crise politique

Orient XXI > Magazine > Samim Akgönül > 27 janvier

hollande RTE

François Hollande entame le lundi 27 janvier une visite d’État de deux jours en Turquie. Si l’on met de côté le séjour de quelques heures de Nicolas Sarkozy en 2011 lors de la réunion du G20, qui avait irrité au plus haut point Ankara, c’est une première depuis 22 ans. Avec l’élection de François Hollande, ce voyage présidentiel était souhaité avec enthousiasme par la Turquie, pour relancer les relations franco-turques refroidies principalement à cause du blocage français dans les négociations turco-européennes.

Cette visite a été rendue possible grâce à deux changements importants, l’un conjoncturel et l’autre plus structurel.

Suite de l’article

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 27, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , , , ,

A Haber – Satir Arasi : Fransa Seçimleri 2 Nisan 2012

A Haber – Satir Arasi

Fransa Seçimleri 2 Nisan 2012

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 3, 2012 dans Media, News

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Türkler içeride sağcı dışarıda sosyalist

Türkler içeride sağcı dışarıda sosyalist

Fransa, 22 Nisan ve 6 Mayıs’ta iki turlu seçimle yeni cumhurbaşkanını belirleyecek. Seçimler öncesi Hacettepe Üniversitesi Göç ve Siyaset Araştırmaları Merkezi (HUGO), cumhurbaşkanlığı seçimlerinde oy kullanma hakkına sahip Türkiye kökenli seçmenin nabzını tuttu. Türk kökenli seçmenler muhafazakar kimliklerine rağmen bulundukları ülkede sosyalist ya da komünistlere oy veriyor.

Fransa’daki Türkiye kökenli seçmenlerin yüzde 90’ı cumhurbaşkanlığı seçimlerinin ikinci turunda oyunu sosyalist aday François Hollande’ye vereceğini belirtiyor. İkinci turda Sarkozy’ye oy vereceğini söyleyenlerin oranı ise sadece yüzde 2.

 

Hacettepe Üniversitesi Göç ve Siyaset Araştırmaları Merkezi (HUGO), Doç.Dr. M. Murat Erdoğan yönetiminde, Berlin merkezli kamuoyu araştırma enstitüsü SEK-POL/Data4U ve Strazburg Üniversitesi’nden Prof.Dr. Samim Akgönül işbirliğiyle Fransa’daki cumhurbaşkanlığı seçimleri öncesi “Fransa’daki Türkiye Kökenlilerin Güncel Konulardaki Görüş ve Düşünceleri » başlıklı bir araştırma yaptı.

 

Fransa’da yaşayan Türkiye kökenli her kesimden seçmenin görüşlerini ortaya koymak için 8 bin 195 haneden oluşan bir havuz oluşturuldu. Bu yılın şubat-mart-nisan aylarını kapsayan bir zaman diliminde 14 yaş üstü 1026 kişiyle gerçekleştirilen araştırmada, Türkiye kökenli seçmenlerin eğilimleri tespit edilmeye çalışıldı. Araştırmaya göre, Fransa’a 450-500 bin arasında Türkiye kökenli yaşıyor. Bunların yaklaşık 80 bini Fransa vatandaşı olmalarından doğan haklarını kullanarak cumhurbaşkanlığı seçimlerinde sandık başına gidiyor.

 

Türkiye kökenli seçmenler, Fransa’da sandık başına gittiğinde dünya görüşünü bir kenara bırakarak, oyunu verirken pragmatik davranıyor. Söz konusu seçmenlerin yüzde 80’i muhafazakar bir dünya görüşü benimsemesine rağmen, Fransa’da sandık başına gittiğinde oylarını sol parti adaylarına veriyor.

TÜRKLERİN TERCİHİ HOLLANDE

 

Türkiye kökenli seçmenlerin yüzde 65’ten fazlası, cumhurbaşkanlığı seçimlerinde oyunu Sosyalist Parti adayına vereceğini belirtiyor. Yüzde 18 ise Komünist/Sosyalist Sol NPA’da destek vereceğini ifade ediyor. Türkiye kökenli seçmenlerin yüzde 80’den fazlası tercihlerini böylelikle sol-sosyalist-komünist partilerden yana kullanacağını vurguluyor.

 

Yine Türkiye kökenli seçmenlerin yüzde 77’isi birinci turda Sosyalist Parti adayı François Hollande’ye oyunu vereceğini dile getiriyor. Seçimlerin ilk turunda şimdiki cumhurbaşkanı Nicolas Sarkozy için oy kullanacağını belirtenlerin oranı ise yüzde 1’in altında kalıyor.

 

Fransa’da 6 Mayıs’ta yapılacak seçimlerin ikinci turunda Sarkozy-Hollande ikilisinin yarışması halinde, Türkiye kökenli seçmenlerin yüzde 90’ı sosyalist aday Hollande’yi destekleyeceğini ifade ediyor. Bu turda Sarkozy’ye oy vereceğini belirtenlerin oranı ise yüzde 2’de kalıyor.

‘İNKAR YASASI’ TERCİHLERİ KISMEN ETKİLİYOR

 

Fransa’da cumhurbaşkanlığı seçimlerinde tercihiniz konusunda « Ermeni Soykırımını İnkârı Cezalandırma Yasası » ne kadar etkili olacak?” sorusuna verilen cevaplarda “kararımı bu yasa girişimi çerçevesinde vereceğim” diyenlerin oranı yüzde 30’da kalıyor. Söz konusu yasa, oy kullanırken tercihimi değiştirmeyecek diyenlerin oranı da yüzde 30’ün üzerinde seyrediyor.

 

Burada da yasanın iptali ya da yürürlüğe girmesinin tercihini etkileyeceğini söyleyenlerin oranı yüzde 26, etkilemeyeceğini söyleyenlerin oranı ise yüzde 34 olarak tespit edildi. Bütün bu veriler, Türkiye kökenli seçmenin tercihini yasa girişiminin sınırlı oranda etkilediğini gösteriyor.

‘SARKOZY-ERDOĞAN İKİLİSİYLE İLİŞKİLER DÜZELMEZ’

 

HUGO-Fransa 2012 araştırmasında siyasi liderler konusunda da önemli bir soru yöneltildi. “Sarkozy liderliğindeki Fransa ile Recep Tayyip Erdoğan liderliğindeki Türkiye ilişkilerinin düzeleceğine inanıyor musunuz?” sorusuna gelen cevapta “kesinlikle evet” ve “evet” diyenlerin oranı yüzde 17 civarında iken, “hayır” ve “kesinlikle hayır” diyenlerin oranı yüzde 55’i aşmaktadır. Bu durum, iki taraftan en az birinde lider değişikliği olmadan ülkeler arasındaki ilişkinin düzelemeyeceğine dair bir inancın olduğu şeklinde okunabilir.

FRANSA’DA SOLU TÜRKİYE’DE SAĞI SEÇİYOR

 

Araştırmada yurtdışında yaşayan Türkiye kökenlilerin siyasi tercihlerinin ne ölçüde siyasi bir ideolojiye, ne ölçüde pragmatik tercihlere dayandığını anlamaya yönelik sorulara da yer verildi. Bu bağlamda Fransa’daki ve Türkiye’deki siyasi tercihler arasındaki ilişkiye yönelik sorular yer aldı. Ortaya çıkan çarpıcı duruma göre, Türkiye kökenlilerin Fransa’daki ideolojik tercihleri ile Türkiye’deki tercihleri arasında ciddi bir farklılık olduğu ortaya çıktı.

 

“Türkiye’de bugün genel seçimler yapılsa ve oy verme imkanınız olsa hangi partiye oyunuzu verirsiniz?” sorusu karşısında Türkiye kökenli seçmenlerin yüzde 59’u AK Parti, yüzde 11’i CHP, yüzde 3.8’i MHP ve yüzde 3.6’sı BDP’yi tercih edeceğini belirtti. Aynı gruba “Fransa’da hangi partiye oy verdiniz” diye sorulduğunda ise merkez sol (Sosyalist Parti) için oy kullananlar yüzde 65’le birinci sırada yer alırken, Komünist/Sosyalist Parti yüzde 18’le ikinci sırada yer aldı.

TÜRKİYE KÖKENLİ SEÇMEN PRAGMATİK

 

Yani Türkiye’de AK Parti ve MHP gibi sağ partilere yüzde 70’in üzerinde destek veren Fransa’daki Türkiye kökenliler, Fransa’da oylarını yüzde 80’in üzerinde Sol/Sosyalist/ Komünist partilerden yana kullanıyor. Bu durum, ideolojik bir karmaşa olarak ya da pragmatik bir tercih olarak nitelenebilir. Ancak ortaya çıkan tablonun genel olarak yurtdışında yaşayan Türkiye kökenlilerin genel eğilimini yansıttığı da biliniyor.

HUGO NEDİR?

 

Hacettepe Üniversitesi Göç ve Siyaset Araştırmaları Merkezi (HUGO), iç ve dış göç alanında, özelikle de Avrupa’da yaşayan ve sayıları 5 milyonu aşan Türkiye kökenliler üzerine, düzenli ve sürekli araştırmalar yapan akademik bir kuruluş. HUGO’nun yaptığı çalışmalar, Avrupa’daki Türkiye kökenliler hakkında ayrıntılı bilgi sahibi olmayı, sorunlarını tespit etmeyi ve çözümler için öneriler geliştirmeyi amaçlıyor. Kısa bir süre önce Almanya’daki Neo-Nazi cinayetleri konusunda da önemli bir kamuoyu araştırması yapan HUGO’nun hedefi, akademik çalışmalarla, konunun bütün taraflarına, yani Avrupa’daki Türkiye kökenlilere, yaşadıkları ülkelere ve Türkiye’ye katkılar sağlaması olarak ifade ediliyor. HUGO çalışmalarına http://www.hugo.hacettepe.edu.tr adresinden ulaşılabilir.

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 19, 2012 dans Manifestations scientifiques, News

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

La «froide détermination» d’Ankara

Génocide arménien : la «froide détermination» d’Ankara

25-01-2012

Libération

Marc SEMO

«Une loi discriminatoire et raciste» : les mots du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, sont durs, mais le gouvernement islamo-conservateur turc attend la promulgation définitive de la loi sanctionnant la négation des génocides, dont celui des Arméniens, pour mettre en œuvre les sévères rétorsions promises contre Paris. L’opinion publique et la presse se déchaînent. Les autorités turques restent plus que jamais déterminées à marquer le coup et à faire un exemple avec la France, craignant que de nouveaux pays, dont les Etats-Unis, reconnaissent le génocide des Arméniens par l’Empire ottoman en 1915-1917, qui fit plus d’un million de morts dans des massacres de masse et des déportations.

POURQUOI L’INTRANSIGEANCE D’ANKARA?

Dans la société turque, le tabou sur «la grande catastrophe », comme l’appellent les Arméniens, a déjà volé en éclat depuis quelques années, grâce aux initiatives d’intellectuels qui ont publié des livres sur le sujet, organisé des colloques ou des expositions, parfois au péril de leur vie, comme Hrant Dink, assassiné en janvier 2007.Des dizaines de milliers de personnes ont d’ailleurs défilé la semaine dernière à Istanbul pour protester contre le verdict du procès des assassins, lequel exonère l’Etat de toute responsabilité. Le discours officiel reste néanmoins verrouillé, admettant tout au plus 500 000 morts dans des massacres croisés. «Il n’y a aucun génocide dans notre histoire», répète Erdogan qui, au printemps, avait ordonné la démolition du monument pour «la réconciliation» construit à Kars, près de la frontière arménienne, par le sculpteur de gauche Mehmet Aksoy, que le Premier ministre estimait être «une monstruosité».

«Affronter la question du génocide, c’est toucher aux fondements mêmes de l’Etat», résume Samim Akgönül, de l’université de Strasbourg, rappelant que la République s’est fondée sur «deux vagues de purification ethnico-religieuse, celles des Arméniens et celle des Grecs», commencées avant elle sous l’Empire ottoman, mais dont elle a ensuite profité. Ce que reconnaissait crûment il y a quatre ans le ministre de la Défense, Vecdi Gönül: «Si les Arméniens étaient restés là où ils vivaient en Anatolie, nous n’aurions pas réussi à établir notre Etat-nation tel qu’il est.» Le négationnisme d’Etat reste bien en place, aussi bien dans l’éducation que dans la justice ou la presse.

QUELLES SONT LES RÉTORSIONS POSSIBLES?

Après le vote du texte par l’Assemblée nationale française, le 22 décembre, Erdogan avait menacé Paris de «conséquences irréparables», clamant que «ceux qui veulent étudier un génocide feraient mieux de se retourner vers leur passé et leur propre histoire sale et sanglante». Il y a aussi un contentieux avec le président français, ouvertement hostile à l’adhésion de la Turquie à l’UE. Cette fois, il est pourtant resté plus mesuré.

«Les autorités turques montrent une froide détermination, ayant compris que l’hystérie était contre-productive, mais je crois qu’elles iront jusqu’au bout si la loi devient effective», analyse Ahmet Insel, de l’université de Galatasaray, en rappelant que le Conseil constitutionnel français a encore son mot à dire.

La coopération militaire et politique ayant déjà été gelée, Ankara menace aussi d’un rappel définitif de son ambassadeur. Si les autorités n’appelleront pas ouvertement à un boycott, qui serait illégal au regard des engagements turcs dans l’OMC et dans l’UE, il est probable que des campagnes d’opinion contre les produits français se développeront et que les entreprises hexagonales seront tenues à l’écart des grands contrats publics.

Lire la suite de l’article :

http://www.liberation.fr/monde/01012385565-genocide-armenien-la-froide-determination-d-ankara

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 26, 2012 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le Sénat devrait voter la loi sur le génocide qui divise la France et la Turquie

 

Le Sénat devrait voter la loi sur le génocide qui divise la France et la Turquie

Henrik Lindell – publié le 23/01/2012

LA VIE

Lundi 23 janvier, le Sénat doit voter la proposition de loi sanctionnant la négation du génocide arménien. Une mesure qui ulcère les Turcs et divise les intellectuels.

Nicolas Sarkozy l’avait promise en 2007, les députés l’ont votée en décembre 2011 et c’est maintenant au tour des sénateurs de l’entériner. L’issue ne fait aucun doute. La proposition de loi pénalisant la négation d’un génocide reconnu par la France passera, car les groupes UMP et PS la soutiennent. Ceux qui persistent à nier d’une façon outrancière le génocide arménien risqueront une peine d’un an d’emprisonnement et 45 000 € d’amende. Alors qu’à Erevan le gouvernement arménien jubile, tout comme les associations de défense de la mémoire arménienne en France (où vit une diaspora de quelque 500 000 personnes), ceux qui défendent les intérêts turcs fulminent. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a gelé la coopération militaire avec la France. Il menace de mesures de rétorsion ­économiques et lance des contre-accusations de génocide que la France aurait commis en Algérie.

Pour comprendre cette passion turque – et arménienne –, précisons le cadre de la loi. Seuls deux génocides sont explicitement reconnus par la loi en France : la Shoah et le génocide arménien (depuis 2001). Comme la négation du génocide des juifs était déjà punie, il fallait aussi sanctionner ceux qui nient le génocide des Arméniens qui vivaient, en 1915-1916, sur le territoire actuel de la Turquie. Planifié par le parti nationaliste au pouvoir à l’époque, il fit au moins 1,2 million de victimes. La loi turque actuelle punit ceux qui militent pour la reconnaissance du génocide. Ils risquent jusqu’à cinq ans de prison !

« C’est ce négationnisme d’État et cette virulence qui nous fournissent un des arguments les plus importants », nous explique le sénateur socialiste Philippe Kaltenbach, ardent défenseur de la loi. « Si les Turcs découvrent que le monde les regarde, ils évolueront vers une reconnaissance du génocide. »

De nombreuses voix démocratiques en France et surtout en Turquie s’élèvent contre cette loi. Pour eux, il s’agit d’une mesure dangereuse à l’égard d’un pays qui a fait des progrès en matière de droits de l’homme. « Cette loi est un piège pour les démocrates et humanistes qui s’intéressent à la fois à la Turquie et à la France », estime Samim Akgönül, historien et spécialiste du monde turc à l’université Marc-Bloch de Strasbourg. « D’un côté, explique-t-il, il y a la souffrance et la mémoire blessée de tous les Arméniens de France, de Turquie et d’ailleurs ; de l’autre, il y a le fait que l’Histoire ne peut être décrétée, officialisée, car elle est dynamique. »

Samim Akgönül insiste aussi sur le risque d’une loi contre-productive : « Je pense qu’elle met dans une position difficile ceux qui ont déjà entamé en Turquie et en France ce travail de mémoire occultée. Elle attise le nationalisme. »

L’actualité politique semble donner raison à l’universitaire : « L’AKP (parti pour la justice et le développement, au pouvoir depuis 2003, ndlr) s’était maintenu au pouvoir pendant les ­premières années grâce à un discours non nationaliste et proeuropéen. (…) Depuis les dernières élections, en juin 2011, on constate un durcissement nationaliste du discours et des actes de l’AKP. » La nouvelle loi française ne risque pas d’adoucir le gouvernement turc. Va-t-elle au moins bénéficier à la mémoire des victimes ?

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 23, 2012 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , ,

La colère turque face à la loi française

Législation

La colère turque face à la loi française

LA VIE

Henrik Lindell – publié le 19/01/2012

Le 23 janvier, le Sénat votera la proposition de loi sanctionnant la négation du génocide arménien. Une mesure qui ulcère les Turcs et divise les intellectuels.

Nicolas Sarkozy l’avait promise en 2007, les députés l’ont votée en décembre 2011 et c’est maintenant au tour des sénateurs de l’entériner. L’issue ne fait aucun doute. La proposition de loi pénalisant la négation d’un génocide reconnu par la France passera, car les groupes UMP et PS la soutiennent. Ceux qui persistent à nier d’une façon outrancière le génocide arménien risqueront une peine d’un an d’emprisonnement et 45 000 € d’amende. Alors qu’à Erevan le gouvernement arménien jubile, tout comme les associations de défense de la mémoire arménienne en France (où vit une diaspora de quelque 500 000 personnes), ceux qui défendent les intérêts turcs fulminent. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a gelé la coopération militaire avec la France. Il menace de mesures de rétorsion ­économiques et lance des contre-accusations de génocide que la France aurait commis en Algérie.

Pour comprendre cette passion turque – et arménienne –, précisons le cadre de la loi. Seuls deux génocides sont explicitement reconnus par la loi en France : la Shoah et le génocide arménien (depuis 2001). Comme la négation du génocide des juifs était déjà punie, il fallait aussi sanctionner ceux qui nient le génocide des Arméniens qui vivaient, en 1915-1916, sur le territoire actuel de la Turquie. Planifié par le parti nationaliste au pouvoir à l’époque, il fit au moins 1,2 million de victimes. La loi turque actuelle punit ceux qui militent pour la reconnaissance du génocide. Ils risquent jusqu’à cinq ans de prison !

« C’est ce négationnisme d’État et cette virulence qui nous fournissent un des arguments les plus importants », nous explique le sénateur socialiste Philippe Kaltenbach, ardent défenseur de la loi. « Si les Turcs découvrent que le monde les regarde, ils évolueront vers une reconnaissance du génocide. »
De nombreuses voix démocratiques en France et surtout en Turquie s’élèvent contre cette loi. Pour eux, il s’agit d’une mesure dangereuse à l’égard d’un pays qui a fait des progrès en matière de droits de l’homme. « Cette loi est un piège pour les démocrates et humanistes qui s’intéressent à la fois à la Turquie et à la France », estime Samim Akgönül, historien et spécialiste du monde turc à l’université Marc-Bloch de Strasbourg. « D’un côté, explique-t-il, il y a la souffrance et la mémoire blessée de tous les Arméniens de France, de Turquie et d’ailleurs ; de l’autre, il y a le fait que l’Histoire ne peut être décrétée, officialisée, car elle est dynamique. »

Samim Akgönül insiste aussi sur le risque d’une loi contre-productive : « Je pense qu’elle met dans une position difficile ceux qui ont déjà entamé en Turquie et en France ce travail de mémoire occultée. Elle attise le nationalisme. »

L’actualité politique semble donner raison à l’universitaire : « L’AKP (parti pour la justice et le développement, au pouvoir depuis 2003, ndlr) s’était maintenu au pouvoir pendant les ­premières années grâce à un discours non nationaliste et proeuropéen. (…) Depuis les dernières élections, en juin 2011, on constate un durcissement nationaliste du discours et des actes de l’AKP. » La nouvelle loi française ne risque pas d’adoucir le gouvernement turc. Va-t-elle au moins bénéficier à la mémoire des victimes ?

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 18, 2012 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

PLAIDOYER POUR LA TURQUIE

PLAIDOYER POUR LA TURQUIE

De François 1er à Nicolas Sarkozy
Six siècles de relations franco-turques

Jean-Pierre Salvetat
Catherine Izzo

« Si la Turquie était en Europe, cela se saurait… ». Cette phrase, pleine de certitude et de désinvolture prononcée par Nicolas Sarkozy en 2004, met en lumière une totale méconnaissance des réalités géographiques, géopolitiques, économiques, culturelles et historiques qui lient l’Europe à ce pays, et plus particulièrement des relations qu’a toujours entretenues la France avec lui.
Après une étude précise des six siècles de concorde culturelle, diplomatique, militaire et commerciale franco-turque et les conclusions des convergences politiques qui peuvent en être tirées, Plaidoyer pour la Turquie s’attache à montrer, à travers l’analyse de l’état de l’opinion en Europe quant à l’adhésion de la Turquie, à travers une description précise de la société turque actuelle (géographie, économie, réalités sociales et culturelles, société laïque musulmane…) et l’analyse de la position de repli de la France depuis l’ascension politique de Nicolas Sarkozy, que, si nous voulons une Europe forte, il est fondamental, d’un point de vue géostratégique, politique et économique, que la Turquie intègre l’Europe.
De Gaulle, Mitterrand et Chirac avaient fixé les règles du jeu. On les change aujourd’hui. Pourquoi ? Des intérêts électoraux, dopés par un populisme qui gangrène l’Europe, ont-ils succédé à l’intérêt national ? Il est fondamental que la réflexion l’emporte sur les pulsions…

Jean-Pierre Salvetat, avocat, se passionne depuis plus de trente ans pour les relations politiques entre la Turquie et l’Europe. À ce titre il a régulièrement interpellé nos dirigeants. Il préside l’Association Méditerranée France Turquie (AMFT) depuis 20 ans.

Catherine Izzo est photographe. Elle voyage en Turquie depuis de nombreuses années et est l’auteur notamment d’Istanbul carnets curieux aux Editions le Bec en l’air (2010).

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 29, 2011 dans Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :