RSS

Archives de Tag: France

La France, terre d’élections turques

La France, terre d’élections turques

Par Ariane Bonzon

Slate.fr 06.06.2015

Capture d’écran 2015-06-07 à 00.24.47

Plus de 300.000 Franco-Turcs et Turcs de France étaient appelés aux urnes en mai à l’occasion des élections législatives. Un droit de vote obtenu de fraîche date, et qui n’est pas sans poser des problèmes.

La France vient de connaître une campagne législative animée, mais vous ne vous en êtes peut-être pas aperçus. Pourtant, à Bordeaux, Paris, Strasbourg, Rennes, Lyon, Nantes, Clermont-Ferrand et dans bien d’autres villes encore, ainsi que de nombreuses banlieues comme Sarcelles ou Villiers-le-Bel, les militants ont écumé les marchés ou les lieux de culte pour y distribuer leurs prospectus, ont multiplié les réunions dans toutes sortes d’associations culturelles ou religieuses. Certains se sont même joints à des cérémonies de mariage, vérifiant invité par invité que ces derniers étaient bien inscrits sur les listes électorales, et dans le cas contraire les aidant à le faire.

Cette campagne vous a échappé? Normal. C’est la France turque qui était mobilisée.

Peut-être avez-vous tout de même vu, le 2 mai, à Paris, place de la République, Selahattin Demirtaş, le co-président de l’un des principaux partis en lice en Turquie, le Parti démocratique des peuples (HDP, coalition d’opposition kurde, féministe, LGBT, écologiste, gauche) qui tenait un grand meeting électoral devant plusieurs milliers de supporters turcs et kurdes?

LIRE LA SUITE

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le juin 6, 2015 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , ,

STATES, SOCIETIES AND RECONCILIATION: Turkish-Armenian Relations in the Light of the French-German Experience

STATES, SOCIETIES AND RECONCILIATION:
Turkish-Armenian Relations in the Light of the French-German Experience on the 50th Anniversary of the Elysée Treaty

Sehir University
Istanbul 7-8 November 2013

Elysée

International Conference titled, “STATES, SOCIETIES AND RECONCILIATION: Turkish-Armenian Relations in the Light of the French-German Experience on the 50th Anniversary of the Elysée Treaty” is organized by İstanbul Şehir University Department of Sociology, Department of Turkish Language and Literature and Center for Modern Turkish Studies under the auspices of Delegation of the European Union to Turkey. Conference will be held at Conference Hall of İstanbul Şehir University Altunizade East Campus on November 7th and 8th, 2013.

It is not difficult to determine that the tensions, which arise among states in the name of “national interests,” even if they cannot be identified by “national interests” directly, have an alienating effect on the nations under question. We know that hostilities between nations may come to an end, thanks to the 50th anniversary of the Elysée Treaty signed between France and Germany and the following cooperation between the two states which deepened the idea of unity in Europe. However, no matter how the agreements signed between the states create important outcomes for the amelioration of relations among societies, what really matters is establishing communication and relations between societies, facing the basis of hate, fear and doubt, and forming a new common memory focusing on reconciliation. Thus, from this point of view, this symposium aims to discuss the relations between Turkey and Armenia, mostly focusing on the increasing relations between the two societies over the last couple years, considering the historical, political, and social processes between Germany and France.

Note: Conference will be conducted in Turkish, English and French and Simultaneous translation will be provided.
The conference is free and open to the public. No pre-registration is required.

CONFERENCE PROGRAM

07 November 2013, Thursday
13.00-13.30 Registration
13.30-14.15 Opening Speeches
Ferhat Kentel, İstanbul Şehir University
Ronald G. Suny, University of Michigan

14.15 – 14.30 Coffee Break

14.30 – 15.30  I. Session: The Elysée Treaty:  A Consequence or Starting Point of the Franco-German Relationship?
Chair: Emirhan GÖRAL, EU Institute of Marmara University
Panelists:
Ulrich PFEIL, Université de Lorraine, Metz
From the French Occupation in Germany to the « Treaty of Friendship”: The Ways to the Franco-German Rapprochement
Matthias WAECHTER, Institut Européen des Hautes Etudes Internationales, Nice
The Elysée Treaty and Its Impact on Social Cooperation: Franco-German Youth Office (FGYO), Societal Laboratory of Franco-German and European Cooperation

15.30 – 16.00 Coffee Break

16.00 – 17.30 II. Session: Turkish Armenian Rapprochement
Chair: Muzaffer ŞENEL, İstanbul Şehir University
Tatul HAKOBYAN, Civilitas Foundation
Turkish-Armenian Relations and Caucasian Conflicts
François NAUCODIE, Delegation of the European Union to Turkey
The European Dimension in the Efforts of the Turkish-Armenian Reconciliation
Rober KOPTAŞ, AGOS Newspaper
The Current State of the Turkish-Armenian Relations and the Role of the Civil Society
Osman KAVALA, Anadolu Kültür
Turkish Armenian Rapprochement: Social and Cultural Dimension

08 November 2013, Friday
09.30 – 10.00 Registration
10.00 – 12.00 III. Session: Nationalism, Identity and Culture
Chair: Abdülhamit KIRMIZI, İstanbul Şehir University
Panelists:
Jürgen RITTE, Institut d’Allemand d’Asnières at the Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris III
Our Dearest Enemies-Construction and (Re) Construction of National Identity
Samim AKGÖNÜL, Strasbourg University
Between Natio and Ethnos : The Influence of French and German Approach in the Turkish Nation Building Process

Mehmet Fatih USLU, İstanbul Şehir University
Reading Armenian Literature in Turkey
Sona MNACAKANYAN, Yerevan State University
The Representation of Turks in the Modern Armenian Literature
Discussant: Günay Göksu ÖZDOĞAN, Marmara University

12.00 – 13.30 Lunch

13.30 – 15.00 IV. Session: Crisis and Reconciliation: Actors, Memory and Identity
Chair: Füsun Üstel, Galatasaray University
Panelists:
Corine DEFRANCE, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
Historians and the Franco-German Cooperation: The Manuel Franco-German History and the Franco-German History Collection
Vahram DANIELYAN, Yerevan University
Kars as a Literary Space: City and Society in Armenian and Turkish Novels
Mesut TUFAN, The Institute for Historical Justice and Reconciliation
Between Memory and Amnesia, The Phantom Cities of Kars, Gyumri and Ani

15.00 – 15.30 Tea & Coffee Break

15.30 – 17.00 V. Session: The Role of Civil Society in Turkish-Armenian Rapprochement
Chair: Nurullah ARDIÇ, İstanbul Şehir University
Panelists:
Vazgen KARAPETYAN, Eurasia Partnership Foundation
Civil Society Engagement in Armenia-Turkey Relations:  Lessons Learned

Emel KURMA, Helsinki Citizens Assembly
Can We Talk About Reconciliation?
Egemen AKTAN, Özyeğin University, Graduate Student in the Business Department, Head of the International Relations Committee of the Higher Education Council of Turkey Student
Elif ŞAHİN, Yeditepe University, Political Science And International Relations (French)
The Experience of Turkish-Armenian Student Initiative

Closing Session

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 5, 2013 dans Manifestations scientifiques

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

The Minority Concept in the Turkish Context

The Minority Concept in the Turkish Context

Practices and Perceptions in Turkey, Greece and France

Samim Akgönül, Strasbourg University


50283

In The Minority Concept in the Turkish Context, Samim Akgönül presents a conceptual discussion of the term ‘minority’ from various perspectives, most notably history, sociology and political science. The concept of minority has a specific understanding in the Turkish political, sociological and legal context due to the Ottoman Millet system approach. The conceptual discussion is illustrated by three case studies: religious minorities in Turkey that are the result of the elimination policies during the Turkish nation building process, Muslim minorities in Greece as heritage of the Ottoman domination until the 20th century, and new minorities originating from Turkey and living in France as the result of the Turkish immigration of 1960’s and following decades

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 15, 2013 dans Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , , , ,

La circoncision en France : illégale mais «admise»

La circoncision en France : illégale mais «admise»

Zaman France, 04/09/2012

 

Le débat qui fait rage en Allemagne sur une éventuelle interdiction de la circoncision religieuse pourrait s’inviter, à terme, en France. Tolérée, mais non fondée en droit, la circoncision n’a pas encore soulevé de vagues dans l’Hexagone. D’après le chercheur Samim Akgönül, une polémique sur ce sujet renforcerait le risque de communautarisation religieuse des musulmans de France.
«La Turquie observe avec étonnement que la pratique de la religion n’est plus totalement garantie en Allemagne». Ces propos du ministre turc chargé des Affaires européennes, Egemen Bagis, tenus dans le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung faisaient écho à la polémique qui a éclaté outre-Rhin sur une possible interdiction de la circoncision. Un arrêt d’un tribunal de Cologne s’était prononcé dans ce sens au nom du «libre épanouissement» de l’enfant et de «la préservation de son intégrité physique», provoquant l’ire des communautés juive et musulmane allemandes. Si, dans l’immédiat, aucune loi fédérale n’est venue sanctionner ce débat, un précédent juridique pourrait faire tâche d’huile en France, premier pays musulman du continent avec une communauté estimée autour de 5 millions de fidèles. Jusqu’à présent, le sujet n’a pas été abordé au plus haut niveau, mais comme souvent sur les questions liées à l’islam, le contexte européen pourrait être un facteur déclenchant.

C’est l’avis de Samim Akgönül, enseignant-chercheur et spécialiste des religions minoritaires dans l’Europe élargie à l’université de Strasbourg. «Dans la perception identitaire en Europe occidentale, ce genre de décisions contamine très rapidement l’ensemble des pays européens. Cette contamination a pu être observée pour des questions telles que le foulard, l’abattage rituel, les tribunaux d’arbitrages, la burqa ou les minarets» dit-il. En France, la pratique de la circoncision est jusqu’à présent plus tolérée que légalisée. Dans son rapport annuel de 2004 consacré à la laïcité, le Conseil d’Etat la considérait comme «admise» tout en précisant qu’elle est «dépourvue de tout fondement légal». N’étant pas, dans ce cas de figure, prescrite ou justifiée du point de vue médical, la circoncision procède donc du droit coutumier et relève du bon vouloir tacite de la profession médicale, depuis l’ordonnance prescrite par le médecin généraliste jusqu’aux hôpitaux où se pratique l’opération chirurgicale. Comme le souligne la journaliste Isabelle de Gaulmyn dans le quotidien La Croix, la loi 16 du Code civil qui stipule qu’«il ne peut être porté atteinte à l’intégrité du corps humain qu’en cas de nécessité médicale pour la personne ou à titre exceptionnel dans l’intérêt thérapeutique d’autrui» n’a jamais été utilisée contre la circoncision, à l’instar par exemple de l’excision. Cet argument de mutilation du corps de l’enfant serait-il donc recevable en France ? Pour le professeur Akgönül, il l’est, même s’il reste difficile de se prononcer, car «la réponse fait appel à des convictions» et celles-ci sont aussi évolutives. «Les comportements religieux ne sont pas statiques. Ils sont dynamiques, changent dans le temps et selon le contexte sociologique» ajoute-t-il.

Lire la suite

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 5, 2012 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Call for papers : The Bronisław Geremek Institute for European Cultural History (IHCE)

The Bronisław Geremek Institute for European Cultural History (IHCE)

Call for Papers

The Bronisław Geremek Institute for European Cultural History (IHCE) is renewing the call for papers for the annual conference of the International Society for Cultural History (ISCH), which will be held at the Lunéville castle, from the 2 nd to the 5 th July, 2012.

Participants are invited to reflect upon the following theme: “ work and cultural history ”. It will be possible to do the presentations either in English or in French, thanks to the setting up of a system of immediate translation.

Several guests of honour will give plenary sessions: Prof. Petr Horak (University of Brno, Czech Republic), Dr. Maureen Shanahan (James Madison University, United States), Dr. Jann Matlock (University College, United Kingdom), Prof. Daniel Roche (Collège de France), Prof. François Roth (University of Lorraine, France), Dr. Samita Sen (University of Calcutta, India).

The persons interested in the conference can either submit an “isolated” paper, or a panel including from three to four papers.

All proposals must be sent to the following e-mail address: isch.luneville2012@gmail.com , before March 15 th , 2012 .

For further information, please have a look at the call for papers on our website .

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 5, 2012 dans Calls / Appels

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La «froide détermination» d’Ankara

Génocide arménien : la «froide détermination» d’Ankara

25-01-2012

Libération

Marc SEMO

«Une loi discriminatoire et raciste» : les mots du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, sont durs, mais le gouvernement islamo-conservateur turc attend la promulgation définitive de la loi sanctionnant la négation des génocides, dont celui des Arméniens, pour mettre en œuvre les sévères rétorsions promises contre Paris. L’opinion publique et la presse se déchaînent. Les autorités turques restent plus que jamais déterminées à marquer le coup et à faire un exemple avec la France, craignant que de nouveaux pays, dont les Etats-Unis, reconnaissent le génocide des Arméniens par l’Empire ottoman en 1915-1917, qui fit plus d’un million de morts dans des massacres de masse et des déportations.

POURQUOI L’INTRANSIGEANCE D’ANKARA?

Dans la société turque, le tabou sur «la grande catastrophe », comme l’appellent les Arméniens, a déjà volé en éclat depuis quelques années, grâce aux initiatives d’intellectuels qui ont publié des livres sur le sujet, organisé des colloques ou des expositions, parfois au péril de leur vie, comme Hrant Dink, assassiné en janvier 2007.Des dizaines de milliers de personnes ont d’ailleurs défilé la semaine dernière à Istanbul pour protester contre le verdict du procès des assassins, lequel exonère l’Etat de toute responsabilité. Le discours officiel reste néanmoins verrouillé, admettant tout au plus 500 000 morts dans des massacres croisés. «Il n’y a aucun génocide dans notre histoire», répète Erdogan qui, au printemps, avait ordonné la démolition du monument pour «la réconciliation» construit à Kars, près de la frontière arménienne, par le sculpteur de gauche Mehmet Aksoy, que le Premier ministre estimait être «une monstruosité».

«Affronter la question du génocide, c’est toucher aux fondements mêmes de l’Etat», résume Samim Akgönül, de l’université de Strasbourg, rappelant que la République s’est fondée sur «deux vagues de purification ethnico-religieuse, celles des Arméniens et celle des Grecs», commencées avant elle sous l’Empire ottoman, mais dont elle a ensuite profité. Ce que reconnaissait crûment il y a quatre ans le ministre de la Défense, Vecdi Gönül: «Si les Arméniens étaient restés là où ils vivaient en Anatolie, nous n’aurions pas réussi à établir notre Etat-nation tel qu’il est.» Le négationnisme d’Etat reste bien en place, aussi bien dans l’éducation que dans la justice ou la presse.

QUELLES SONT LES RÉTORSIONS POSSIBLES?

Après le vote du texte par l’Assemblée nationale française, le 22 décembre, Erdogan avait menacé Paris de «conséquences irréparables», clamant que «ceux qui veulent étudier un génocide feraient mieux de se retourner vers leur passé et leur propre histoire sale et sanglante». Il y a aussi un contentieux avec le président français, ouvertement hostile à l’adhésion de la Turquie à l’UE. Cette fois, il est pourtant resté plus mesuré.

«Les autorités turques montrent une froide détermination, ayant compris que l’hystérie était contre-productive, mais je crois qu’elles iront jusqu’au bout si la loi devient effective», analyse Ahmet Insel, de l’université de Galatasaray, en rappelant que le Conseil constitutionnel français a encore son mot à dire.

La coopération militaire et politique ayant déjà été gelée, Ankara menace aussi d’un rappel définitif de son ambassadeur. Si les autorités n’appelleront pas ouvertement à un boycott, qui serait illégal au regard des engagements turcs dans l’OMC et dans l’UE, il est probable que des campagnes d’opinion contre les produits français se développeront et que les entreprises hexagonales seront tenues à l’écart des grands contrats publics.

Lire la suite de l’article :

http://www.liberation.fr/monde/01012385565-genocide-armenien-la-froide-determination-d-ankara

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 26, 2012 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Un art qui rassemble : Arménie Turquie

Un art qui rassemble : Arménie-Turquie

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 23, 2012 dans Manifestations culturelles

 

Étiquettes : , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :