RSS

Archives de Tag: erdogan

Politiske fredagsprædikener – Tyrkiets officielle islam er politisk

Politiske fredagsprædikener

Tyrkiets officielle islam er politisk

Samim Akgönül

Kristeligd Dagblad

05/05/2017

Capture d_écran 2017-05-08 à 00.05.30

 
Poster un commentaire

Publié par le mai 7, 2017 dans Media, Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , , ,

Turquie : entretien avec Samim Akgönül

Turquie : entretien avec Samim Akgönül

ARTE,  22 novembre 2016

Andrea Fies  s’entretient avec le politologue franco-turc Samim Akgönül sur l’escalade de la répression en Turquie depuis le putsch raté de juillet dernier. Elle évoque également avec lui la grande purge d’Erdogan (au sein de l’armée, de la justice et des médias) et les rapports ambigus qu’entretiennent l’Union Européenne et la Turquie.

capture-decran-2016-11-25-a-14-15-57

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 25, 2016 dans Media

 

Étiquettes : , , , ,

Erdoğan, la guerre tous azimuts

Erdoğan, la guerre tous azimuts

Samim Akgönül

The convesations

8 septembre 2016

erdogan

 Yurtta harp, cihanda harp »
(Guerre dans la patrie, guerre dans le monde)

La célèbre citation de Carl Von Clausewitz, l’officier prussien qui a ferraillé contre Napoléon au début du XIXe siècle, m’a toujours semblé une erreur, un prétexte inventé de toutes pièces, pour justifier une situation de conflit physique alors qu’il existe une autre option, même si celle-ci ne peut être appelée « la paix » si facilement. La guerre n’est pas la continuation de la politique par d’autres moyens. La guerre est le contraire de la politique, le contraire de la gestion des affaires de la cité. Tout au plus peut-elle être considérée comme un outil qui légitimerait l’absence de politique.

Depuis les élections du 7 juin 2015, où – en l’absence relative de conflit physique en Turquie – la politique a pu regagner ses lettres de noblesse et provoquer un effritement logique du pouvoir de Recep Tayyip Erdoğan, ce dernier a bien appris sa leçon. Lui qui espérait vivre, à travers ce nouveau mandat, sa période de Usta (maître), à l’issue de celles d’apprenti et de compagnon, considère désormais qu’il doit mener une guerre à l’intérieur comme à l’extérieur. Et constate, avec une délectation mélangée à de la paranoïa, que la guerre continue lui garantit des pouvoirs absolus que la paix (ou du moins l’absence de guerre) ne lui garantissait pas.

Cette guerre est tridimensionnelle.

LIRE LA SUITE

 

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 17, 2016 dans Media, News

 

Étiquettes : ,

Turquie: au Kurdistan, le grand bond en arrière

Turquie: au Kurdistan, le grand bond en arrière

L’Express, Par , publié le 09/02/2016

 

a-man-looks-at-buildings-which-were-damaged-during-the-security-operations-and-clashes-between-turkish-security-forces-and-kurdish-militants-in-silvan-in-the-kurdish-dominated-southeastern-diyarbakir-province-turkey_5511613

Les violences qui secouent le quart sud-est de la Turquie depuis l’été ont coûté la vie à plus de 200 civils, 250 membres des forces de sécurité et des centaines de combattants du PKK. Silvan, province de Diyarbakir, le 15 novembre 2015.

Reuters/Sertac Kayar

De violents affrontements opposent militants kurdes du PKK aux forces armées dans l’est de la Turquie, depuis l’été 2015. Les régions kurdes semblent revenues aux pires heures du conflit qui a fait 40 000 morts depuis 1984. Voici pourquoi.

Scènes de guerre, barricades, véhicules blindés dans les villes kurdes, enfants privés d’école, cadavres abandonnés dans les rues de peur des tirs de snipers. Les régions kurdes de l’Est de la Turquie semblent revenues aux pires années du conflit qui a fait quelque 40 000 morts depuis 1984. Plus grave, « alors que les troubles des années 1990 opposaient les combattants du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) à l’armée dans les montagnes kurdes, les affrontements se déroulent aujourd’hui au coeur des villes », souligne Veli Pehlivan, doctorant à l’EHESS.

Dix mille soldats et policiers sont déployés dans la région. Au moins 200 000 personnes ont fui les affrontements. Ce week-end, l’assaut à Cizre d’un immeuble assiégé depuis plus de deux semaines a entraîné des accusations de massacres. L’opposition parle d’au moins 30 victimes. La télévision turque avait annoncé 60 « terroristes neutralisés », avant que le gouverneur ne revoie le nombre à la baisse. Les médias indépendants étant bannis de cette région, difficile de savoir ce qu’il en est. Comment en est-on arrivé là ?

Stratégie du pire

La flambée de violence a démarré après l’attentat revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) à Suruç, le 20 juillet. Accusant Ankara de n’avoir rien fait pour protéger les Kurdes contre Daech, le PKK a repris les attaques contre policiers et soldats, après deux ans de cessez-le feu. Aussitôt, l’armée turque a entrepris de bombarder les positions du PKK. L’engrenage était enclenché. « Le président turc Recep Tayyip Erdogan manie la stratégie du pire, le PKK aussi », constate Jordi Tejel Gorgas, professeur à l’institut de hautes études internationales et du développement, basé à Genève.

Erdogan: cliver la société, pour reprendre la main

LIRE LA SUITE

 
Poster un commentaire

Publié par le février 10, 2016 dans Media, News

 

Étiquettes : , , ,

Turquie: la catastrophe de la mine de Soma ravive la crise politique

Turquie: la catastrophe de la mine de Soma ravive la crise politique

Par , publié le 14/05/2014

L’Express

La catastrophe de la mine de Soma qui a causé la mort d’au moins 274 travailleurs intervient dans un contexte de grave crise politique et une tension très vive entre l’AKP au pouvoir et l’opposition.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/turquie-la-catastrophe-de-la-mine-de-soma-ravive-la-crise-politique_1543438.html#78OTE1fzLhRhIxp7.99
La catastrophe de la mine de Soma qui a causé la mort d’au moins 274 travailleurs intervient dans un contexte de grave crise politique et une tension très vive entre l’AKP au pouvoir et l’oppositi
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/turquie-la-catastrophe-de-la-mine-de-soma-ravive-la-crise-politique_1543438.html#78OTE1fzLhRhIxp7.99
La catastrophe de la mine de Soma qui a causé la mort d’au moins 274 travailleurs intervient dans un contexte de grave crise politique et une tension très vive entre l’AKP au pouvoir et l’oppositi
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/turquie-la-catastrophe-de-la-mine-de-soma-ravive-la-crise-politique_1543438.html#78OTE1fzLhRhIxp7.99

 

La catastrophe de la mine de Soma qui a causé la mort d’au moins 274 travailleurs intervient dans un contexte de grave crise politique et une tension très vive entre l’AKP au pouvoir et l’opposition.

demonstrators-argue-with-riot-police-as-they-demonstrate-to-blame-the-ruling-ak-party-akp-government-on-the-mining-disaster-in-western-turkey-in-ankara_4898755

La police anti-émeutes a dispersé avec des grenades lacrymogènes une manifestation d’étudiants à Ankara qui conspuaient le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan après l’accident de la mine de Soma ayant coûté la vie à au moins 274 ouvriers.
Reuters/str

Le grave accident minier qui a coûté la vie à plus de 274 ouvriers, mardi, risque-t-il de réveiller la contestation qui a secoué la Turquie l’an dernier? Les forces de sécurité sont sur le qui-vive, alors que l’accident intervient à quelques jours de l’anniversaire des premières manifestations de la place Taksim, à Istanbul, le 28 mai.

Dans la ville minière de Soma où l’accident s’est produit, plusieurs milliers d’habitants ont accueilli le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan sous les huées et demandé sa démission. Le chef du gouvernement, très tendu, était protégé par une véritable muraille de militaires et de policiers. Un peu plus tôt, devant la presse, « Il s’est livré à une hallucinante justification, relève Samim Akgönül, historien et enseignant-chercheur à l’université de Strasbourg. Erdogan a énuméré toutes les explosions de mines dans le monde depuis le 19éme siècle, afin de montrer que l’accident de Soma ne relevait pas de l’exception. Erdogan a également sèchement coupé la parole à un journaliste d’Al-Jazeera, rétorquant qu’il ne pouvait pas comprendre puisque le Qatar est dépourvu de mines…

Lire la suite

La catastrophe de la mine de Soma qui a causé la mort d’au moins 274 travailleurs intervient dans un contexte de grave crise politique et une tension très vive entre l’AKP au pouvoir et l’opposition.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/turquie-la-catastrophe-de-la-mine-de-soma-ravive-la-crise-politique_1543438.html#78OTE1fzLhRhIxp7.99

 

 

La catastrophe de la mine de Soma qui a causé la mort d’au moins 274 travailleurs intervient dans un contexte de grave crise politique et une tension très vive entre l’AKP au pouvoir et l’opposition.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/turquie-la-catastrophe-de-la-mine-de-soma-ravive-la-crise-politique_1543438.html#78OTE1fzLhRhIxp7.99

La catastrophe de la mine de Soma qui a causé la mort d’au moins 274 travailleurs intervient dans un contexte de grave crise politique et une tension très vive entre l’AKP au pouvoir et l’opposition.
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/turquie-la-catastrophe-de-la-mine-de-soma-ravive-la-crise-politique_1543438.html#78OTE1fzLhRhIxp7.99
 
Poster un commentaire

Publié par le mai 15, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , ,

Les Kurdes au centre de l’élection présidentielle turque

Les Kurdes au centre de l’élection présidentielle turque

Orient XXI > Magazine > Samim Akgönül > 10 avril 2014En Turquie, la victoire du Parti pour la justice et le développement (AKP) aux élections municipales du 30 mars représente un succès personnel pour son leader, le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan. Ce dernier avait choisi de politiser le scrutin en utilisant des thèmes nationalistes. Mais cette stratégie le met en porte-à-faux avec les Kurdes, dont il recherche les soutiens pour la prochaine élection présidentielle.arton563-resp560La stratégie offensive du premier ministre Recep Tayyip Erdoğan lors de la campagne des municipales turques a payé. Son parti (AKP) est sorti vainqueur du scrutin du 30 mars avec 45 % des voix, un gain de 7 % par rapport aux élections précédentes. En but à des accusations de corruption visant le parti et le gouvernement, mais aussi engagé lui-même dans une lutte fratricide avec la puissante confrérie Gülen, Erdoğan avait choisi la contre-attaque. Transformant les municipales en enjeu national dramatisé à outrance, criminalisant l’ensemble des « autres » — opposants, société civile et pays tiers — il était allé jusqu’à présenter ces élections locales comme une nouvelle « guerre d’indépendance »1.Lire la suite de l’article

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 10, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Actualité internationale – Erdogan inébranlable malgré les dérives du pouvoir ?

Actualité internationale –

Erdogan inébranlable malgré les dérives du pouvoir ?

France Culture/ Culturesmonde

4 Avril 2014

Christophe Payet, Marc Sémo, Ahmet Insel, Samim Akgönül

Capture d’écran 2014-04-04 à 13.11.42

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 4, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :