RSS

Archives de Tag: élections

Elections du 1er novembre en Turquie : contexte, leçons et enjeux

Elections du 1er novembre en Turquie : contexte, leçons et enjeux

Capture d’écran 2015-11-15 à 15.20.11

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 15, 2015 dans Manifestations scientifiques, News

 

Étiquettes : , , , , ,

Turkey’s Choice: From de facto presidential regime to de jure authoritarian regime

Turkey’s Choice: From de facto presidential regime to de jure authoritarian regime

Samim Akgönül

Bridging Europe

 (November 4, 2015) 

8192826

After November polls, Turkey undeniably enters into a new era. This will have an effect on Turkey’s future, its surrounding neighborhood and Europe as well. Besides accusations on electoral frauds and a flagrant unfairness on the campaign side, Turkey’s choice is very different from that of June 7th. During these months, the country counted more than 1000 deaths. ​​

Important feature on this second round is that there were 356,282 more voters (i.e. 56,608,817 in June compared to 56,965,099 in November) and that voter turnout was slightly higher (83,92% in June compared to 84,58% in November). AKP increased its support by 8,54% whereas MHP lost 4,36%.
photo__7_
AKP’s triple strategy

AKP’s political strategy in November polls has paid off. Since June 8, just after the first round, the ruling party defined its new goals that led to such a resounding win:

  1. To keep the power at any cost. Sharing it and/or accepting another party’s influence on the state apparatus (e.g. justice, media) was seen by AKP leadership as an enormous risk due to the tremendous corruption cases looming ahead, coupled with severe accusations on war crimes in Syria and support of ISIL. Thanks to the nationalists of MHP, this strategy was successful as a possible coalition between AKP and MHP could not be reached. Therefore, AKP kept the power even if it had not outright majority;
  2. To develop an ultra-nationalist and ultra-Islamist discourse towards binding nationalist voters. The warlike rhetoric largely contributed to that. Many MHP voters turned to AKP this time, thus pushing MHP out of central Anatolia, its traditional fiefdom;
  3. To nourish a belligerent rhetoric and criminalize HDP as the political branch of PKK. AKP succeeded on that because PKK played very well its role responding to the state violence with violence, creating uncertainty in the West and urging conservative Kurds to come back to AKP.

Surprisingly, AKP achieved to get endorsed by supporters of smaller parties, a fact that unveiled the degree of polarization in the political landscape. Although AKP’s landslide was unexpected for the party itself and its political opponents, this broad support might finally be poisonous for AKP due to the following reasons:

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 5, 2015 dans Media, News

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Elections en Turquie : dérives autoritaires et enjeux européens

Élections en Turquie : dérives autoritaires et enjeux européens

MESA – Maison de l’Europe Strasbourg Alsace

Capture d’écran 2015-09-11 à 11.16.03

Flyer TR Turquie.22.09.2015[4)[2]

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 11, 2015 dans Manifestations scientifiques, News

 

Étiquettes : , , , , , ,

Turkey’s Elections: Four Weddings and a Funeral

Turkey’s Elections: Four Weddings and a FuneralCapture d’écran 2015-06-13 à 16.00.56

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 13, 2015 dans Media, News, Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , ,

La France, terre d’élections turques

La France, terre d’élections turques

Par Ariane Bonzon

Slate.fr 06.06.2015

Capture d’écran 2015-06-07 à 00.24.47

Plus de 300.000 Franco-Turcs et Turcs de France étaient appelés aux urnes en mai à l’occasion des élections législatives. Un droit de vote obtenu de fraîche date, et qui n’est pas sans poser des problèmes.

La France vient de connaître une campagne législative animée, mais vous ne vous en êtes peut-être pas aperçus. Pourtant, à Bordeaux, Paris, Strasbourg, Rennes, Lyon, Nantes, Clermont-Ferrand et dans bien d’autres villes encore, ainsi que de nombreuses banlieues comme Sarcelles ou Villiers-le-Bel, les militants ont écumé les marchés ou les lieux de culte pour y distribuer leurs prospectus, ont multiplié les réunions dans toutes sortes d’associations culturelles ou religieuses. Certains se sont même joints à des cérémonies de mariage, vérifiant invité par invité que ces derniers étaient bien inscrits sur les listes électorales, et dans le cas contraire les aidant à le faire.

Cette campagne vous a échappé? Normal. C’est la France turque qui était mobilisée.

Peut-être avez-vous tout de même vu, le 2 mai, à Paris, place de la République, Selahattin Demirtaş, le co-président de l’un des principaux partis en lice en Turquie, le Parti démocratique des peuples (HDP, coalition d’opposition kurde, féministe, LGBT, écologiste, gauche) qui tenait un grand meeting électoral devant plusieurs milliers de supporters turcs et kurdes?

LIRE LA SUITE

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 6, 2015 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , ,

Législatives en Turquie: le parti kurde, rempart contre le pouvoir absolu d’Erdogan?

Législatives en Turquie: le parti kurde, rempart contre le pouvoir absolu d’Erdogan?

 

L’Express, 05.06.2015

 

Capture d’écran 2015-06-06 à 16.46.14

Gratifié d’environ 10% des intentions de vote à l’occasion des législatives de dimanche en Turquie, le parti kurde HDP, ancré à gauche et défenseur des droits des autres minorités, pourrait devenir le faiseur de roi de la prochaine Assemblée.

Le parti kurde fait un pari risqué. S’il passe la barre des 10% dimanche, à l’occasion des élections législatives en Turquie, le Parti démocratique du peuple (HDP) pourrait faire obstacle à l’ambition du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan de perpétuer son règne de plus en plus autoritaire sur le pays.

Le HDP est promis à la quatrième place du scrutin avec environ 10% des voix, selon les derniers sondages, loin derrière la formation au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP, autour de 42%) et ses deux principaux concurrents, le Parti républicain du peuple (CHP, kémaliste, 26%) et le MHP (nationaliste, 18%).

Le passage du seuil de 10% priverait l’AKP de la majorité qualifiée

Si le HDP dépasse, même d’une seule voix, la barre des 10%, imposée aux partis pour entrer au Parlement, il obtiendrait une cinquantaine de sièges et pourrait priver l’AKP de la majorité qualifiée de 330 sièges sur 550. Ce qui lui permettrait d’empêcher la réforme de la Constitution destinée à renforcer le pouvoir présidentiel souhaitée par Erdogan, pour laquelle cette majorité est indispensable.

Si en revanche, le parti kurde reste sous la barre des 10%, la loi électorale prévoit que les sièges équivalents soient attribués au vainqueur des élection –l’AKP. « Ce système a été mis en place au début des années 1980 par la dictature militaire pour barrer la route aux islamistes et aux Kurdes », explique à L’Express le chercheur Samim Akgönül. Depuis lors, les grands partis ont fustigé ce système… et oublié de le modifier une fois arrivés au pouvoir.

Jusqu’à présent, les candidats kurdes se présentaient comme candidats indépendants et formaient un groupe une fois élus –une trentaine dans le parlement sortant. « En choisissant, pour la première fois, de présenter une liste, le HDP espère doubler le nombre de ses députés, ne plus apparaître comme un parti kurde, en surfant notamment sur l’esprit de Gezi, (le mouvement de contestation de l’été 2013), mais surtout mettre le pouvoir devant ses contradictions, complète Samim Akgönül. S’il dépasse ce seuil, il montre l’absurdité de la loi électorale; s’il reste juste en dessous et que les candidats représentant près de 10% des suffrages ne peuvent pas siéger, il met en relief son caractère anti-démocratique ».

LIRE L’ARTICLE

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 6, 2015 dans Media

 

Étiquettes : , , , , ,

La Turquie devant un choix crucial

La Turquie devant un choix crucial

Par Piotr Moszynski

RFI, 05.06.2015

Capture d’écran 2015-06-05 à 17.08.03

Les Turcs se rendent aux urnes le dimanche 7 juin pour élire un nouveau Parlement, dont dépendra la composition du nouveau gouvernement. L’équipe islamo-conservatrice du parti AKP du président Recep Tayyip Erdogan est au pouvoir depuis treize ans. Elle se présente aux élections législatives en favorite, mais affaiblie.

L’AKP se présente aux élections dans un contexte de ralentissement de l’économie et des critiques qui visent la dérive autoritaire de son leader historique, le président Recep Tayyip Erdogan. Celui-ci compte sur une nette victoire électorale de son parti pour instaurer un régime présidentiel autoritaire.

La nature de l’Etat en jeu

Ce qui est donc clairement en jeu, c’est la nature même de l’Etat turque. De l’avis de l’historien et politologue Samim Akgönül, enseignant chercheur à l’Université de Strasbourg et au CNRS, il s’agit de « petites élections législatives qui peuvent avoir des conséquences lourdes pour le régime ». Il rappelle que « le régime en Turquie est certes parlementaire, avec un président de la République qui a des prérogatives sans avoir de responsabilités ». Mais comme il s’agit, dans le cas de Recep Tayyip Erdogan, d’un « homme fort d’un mouvement politique » et « qu’il a été Premier ministre pendant onze ans et qu’il est devenu président au suffrage universel pour la première fois », il n’est pas surprenant de le voir éprouver la tentation de « changer ce régime en véritable régime présidentiel où il n’y aura pas d’équilibre de pouvoir ». Pour Samim Akgönül, si l’AKP obtient au moins 330 sièges au Parlement sur 550, le changement du régime en ce sens sera « le véritable résultat de ces élections ».

Un nouvel acteur sur la scène politique

Et pourtant, ce résultat est encore loin d’être assuré. En effet, les islamo-conservateurs doivent affronter un nouvel acteur sur la scène politique, le mouvement HDP (le Parti démocratique des peuples). Issu d’un parti prokurde, il est devenu une coalition hétéroclite de mouvances de gauche diverses et variées, rassemblées autour des idées de la liberté et de la démocratie.

Selon Dorothée Schmid, responsable du programme Turquie contemporaine à l’Institut français des relations internationales, « ce mouvement, c’est un peu le début d’une restructuration du paysage politique turque ». Pour la chercheuse, deux ans après les grandes manifestations qui avaient agité la Turquie, « on a d’une certaine façon enfin une force politique qui a compris qu’il y avait un terrain à occuper sur l’idée des valeurs démocratiques, des droits de l’homme, d’une Turquie plus égalitaire, d’une Turquie qui serait débarassée des enjeux strictement religieux et communautaires ».

L’enjeu majeur : le seuil de 10%

Cela dit, un obstacle majeur se dresse devant le HDP. En effet, la loi électorale turque impose à un parti de réunir plus de 10% des voix au niveau national pour entrer au Parlement, seuil parmi les plus élevés au monde. Si le HDP réussissait à le franchir, les conséquences politiques pourraient être multiples. D’abord, observe Samim Akgönül, « il y aurait certainement une coalition ». Autrement dit, l’AKP, au pouvoir depuis treize ans, ne pourrait plus gouverner tout seul. Dans ce cas de figure, qui pourrait former une coalition avec qui ? « Oh, j’ai une petite idée », remarque Samim Akgönül : « certainement, le parti islamiste au pouvoir avec le parti ultranationaliste peuvent très bien former un gouvernement de coalition ».

Ensuite, à moyen terme, observe le chercheur, « il est sûr et certain que la Turquie a besoin d’une nouvelle Constitution démocratique et pluraliste, d’une décentralisation, et de changer la loi électorale, la loi sur les partis, sur les associations, pour qu’elle puisse devenir un pays véritablement démocratique ». Enfin, si le HDP réussit son pari électoral, le projet de « présidentialisation » du régime, cher à Recep Tayyip Erdogan, sera sans doute compromis. Le choix entre ces différentes options, essentielles pour l’avenir du pays, appartient aux seuls Turcs. Ils le feront lors du vote du dimanche 7 juin.

LIRE L’ARTICLE

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 5, 2015 dans Media

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :