RSS

Archives de Tag: ariane bonzon

Turquie : quelle issue démocratique et quelle perspective pour les droits fondamentaux et les libertés ?

Turquie : quelle issue démocratique et quelle perspective pour les droits fondamentaux et les libertés ?

Table rond proposée par l »ASTU

dans le cadre du Festival Strasbourg – Méditerranée

Capture d_écran 2017-11-23 à 22.19.10

Publicités
 

Étiquettes : , , ,

« Etat des lieux de l’immigration et des descendants originaires de Turquie, après 50 ans de présence en France »

COLLOQUE

« Etat des lieux de l’immigration et des descendants originaires de Turquie, après 50 ans de présence en France »

Capture d’écran 2015-11-06 à 21.43.20

Capture d’écran 2015-11-06 à 21.43.30

ACORT – Dépliant de présentation du Colloque du 27 11 2015

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 6, 2015 dans News

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

La France, terre d’élections turques

La France, terre d’élections turques

Par Ariane Bonzon

Slate.fr 06.06.2015

Capture d’écran 2015-06-07 à 00.24.47

Plus de 300.000 Franco-Turcs et Turcs de France étaient appelés aux urnes en mai à l’occasion des élections législatives. Un droit de vote obtenu de fraîche date, et qui n’est pas sans poser des problèmes.

La France vient de connaître une campagne législative animée, mais vous ne vous en êtes peut-être pas aperçus. Pourtant, à Bordeaux, Paris, Strasbourg, Rennes, Lyon, Nantes, Clermont-Ferrand et dans bien d’autres villes encore, ainsi que de nombreuses banlieues comme Sarcelles ou Villiers-le-Bel, les militants ont écumé les marchés ou les lieux de culte pour y distribuer leurs prospectus, ont multiplié les réunions dans toutes sortes d’associations culturelles ou religieuses. Certains se sont même joints à des cérémonies de mariage, vérifiant invité par invité que ces derniers étaient bien inscrits sur les listes électorales, et dans le cas contraire les aidant à le faire.

Cette campagne vous a échappé? Normal. C’est la France turque qui était mobilisée.

Peut-être avez-vous tout de même vu, le 2 mai, à Paris, place de la République, Selahattin Demirtaş, le co-président de l’un des principaux partis en lice en Turquie, le Parti démocratique des peuples (HDP, coalition d’opposition kurde, féministe, LGBT, écologiste, gauche) qui tenait un grand meeting électoral devant plusieurs milliers de supporters turcs et kurdes?

LIRE LA SUITE

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 6, 2015 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , ,

‘Türkiye’de liberal entellektüeller İslamcıların ‘faydalı aptalları’nı mı oynadılar?’

‘Türkiye’de liberal entellektüeller İslamcıların ‘faydalı aptalları’nı mı oynadılar?’

T24

 09.01.2014

Ariane Bonzon / Slate.fr

Çeviri: Hayri Koray

bonzon

Dam üstünde saksağan, vur beline kazmayı. Kültürel ve toplumsal olarak her şey, agnostik hatta ateist, Batılılaşmış, AB taraftarı “liberal” Türk aydınlarıyla (sağ veya soldakileri), muhafazakâr İslamcıları karşı karşıya getiriyordu. Oysa, iki tarafı yaklaşık on seneliğine birleştiren gayriresmi ittifak, 2003’ten beri iktidardaki Recep Tayyip Erdoğan ve AKP için hayati ve belirleyici olduğunu kanıtladı.

Bu liberal entelektüeller, az sayıları ve seçimlerde sahip olabilecekleri ağırlığın düşündüreceğinden çok daha büyük bir rol oynadılar. AKP’nin post-İslamcı, liberal, demokrat ve reformcu bir imge inşa etmesini sağladılar. Batılılaşmış orta ve üst sınıfların yanı sıra, Avrupa ve Amerikalı işadamlarını, siyasetçileri, diplomatları ve gazetecileri teskin ederek muhafazakâr Müslümanları meşrulaştırdılar.

Mayıs-Haziran 2013 gösterilerinin şiddetle bastırılışı ve ardından gelen son zamanlardaki yolsuzluk meseleleri ve bunları devletin üst kademelerinde hasıraltı etme isteği, zaten son zamanlarda su alsa da bir avuç alt edilmezin hâlâ sıkı sıkıya tutunduğu bu ortaklığı muhakkak sekteye uğrattı.

Peki, bu liberaller, İslamcı muhafazakâr iktidarın yoldan sapışlarını eleştirmekte neden geciktiler? Ve sonuç itibariyle, sol kesimden bazı entelektüellerin 1950-60’larda Sovyet rejimi nezdinde oldukları gibi, AKP ve Erdoğan’ın “faydalı aptalları” (idiots utiles) olmadılar mı?

Yazinin devami

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 11, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , ,

En Turquie, les intellectuels libéraux ont-ils joué les «idiots utiles» des islamistes?

En Turquie, les intellectuels libéraux ont-ils joué les «idiots utiles» des islamistes?

Ariane Bonzon

Slate.fr 05.01.2014

Il y a dix ans, ils voyaient d’un oeil favorable l’arrivée au pouvoir de l’AKP de Recep Tayyip Erdogan, supposée transformer le système politique et rapprocher la Turquie de l’Europe. Enquête sur un drôle d’attelage qu’ont probablement coulé les manifestations du printemps dernier et les récentes affaires de corruption.

erdoganataturkRecep Tayyip Erdogan, le 7 novembre 2002, quelques jours après la victoire de l’AKP aux législatives. En arrière-plan, un portrait de Mustapha Kemal Ataturk. REUTERS/Fatih Saribas.

C’était le mariage de la carpe et du lapin. Culturellement et socialement, tout opposait les intellectuels turcs «libéraux» (de gauche ou de droite), agnostiques voire athées, occidentalisés, pro-européens, et les islamo-conservateurs. Or, l’alliance informelle qui les a réunis pendant près de dix ans s’est avérée vitale et décisive pour le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2003, et son Parti de la justice et du développement (AKP).

Ces intellectuels libéraux ont joué un rôle largement plus important que peut ne le laisser croire leur petit nombre et leur poids électoral. Ils ont permis à l’AKP de se construire l’image d’un parti post-islamiste, libéral, démocrate et réformiste. Ils ont légitimé les islamo-conservateurs en rassurant les classes moyennes supérieures occidentalisées ainsi que les hommes d’affaires, politiques, diplomates et journalistes en Europe et aux Etats-Unis.

Lire l’article

 
1 commentaire

Publié par le janvier 5, 2014 dans Media

 

Étiquettes : , , , , ,

«Twitter et les réseaux sociaux montrent l’attitude timide et soumise de la presse turque»

«Twitter et les réseaux sociaux montrent l’attitude timide et soumise de la presse turque»

 

Entretien avec Ariane Bonzon

Slate.fr 02/06/2013

 

Historien et politologue franco-turc, professeur à Strasbourg et à Istanbul, Samim Akgönül dénonce la couverture des manifestations faites pas les médias turcs et… les autres.

twitter

Durant ces premières journées de mobilisation et d’émeutes, la couverture de la plupart des médias turcs traditionnels a été très timide…

Les médias en Turquie, depuis 5 jours, sont largement critiqués sur les réseaux sociaux quant à leur attitude timide et soumise face aux manifestations et violences, notamment à Istanbul. Les raisons sont structurelles et conjoncturelles. Structurellement parlant, la presse écrite et télévisée est entièrement aux mains des grands groupes financiers. Contrôler des organes de presse est un outil pour faire des affaires. Ainsi, la grande majorité d’entre eux s’accommode depuis toujours avec le pouvoir en place. Conjoncturellement, depuis 2007, depuis que l’AKP a consolidé son pouvoir en Turquie, il y a eu une véritable mainmise sur les organes de presse, par divers moyens de pression (expropriations et reventes, impôts exorbitants, intimidations, pressions sur les patrons…).

La mise au pied de Hasan Cemal, figure historique et électron libre, du quotidien Milliyet est le dernier exemple de dizaines de journalistes virés, suspendus, et/ou réduits au silence. Bref, les patrons ont peur, les rédacteurs en chef ont peur, les éditorialistes ont peur, les reporters ont peur…

Il est étonnant de suivre tous ces journalistes sur Twitter. Sur les réseaux sociaux, ils/elles sont tous et toutes très actifs, très engagés, très démocrates. Mais rien ou peu filtre dans leurs journaux imprimés ou télévisés. Le problème des réseaux sociaux est qu’il est difficile de trier les infos de l’intox (1). Nous en avons vu des exemples durant ces 5 derniers jours. Donc, on a toujours besoin des journalistes… dans leurs journaux pas seulement sur Twitter!

 

Lire la suite de l’entretien

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 3, 2013 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Ce que les publicités nous disent de la Turquie d’aujourd’hui

Ce que les publicités nous disent de la Turquie d’aujourd’hui

Slate.fr 05/09/2012

Une Enquête d’Ariane Bonzon

Turquie, publicité se dit reklam. Diffusées à la télévision, ces reklam constituent un excellent miroir de la société turque d’aujourd’hui. Elles aident à comprendre la dualité du modèle républicain turc: occidental en ce qui concerne les valeurs matérielles tout en gardant les valeurs morales de la culture turque.

Il y eut, en mars dernier, la pub par laquelle le scandale est arrivé: Hitler en tenue militaire nazie s’adressant à la foule pour vanter les mérites d’un shampoing masculin, Biomen. Images d’archives et discours détournés présentant le dictateur nazi en symbole de virilité.

Son auteur, Hulusi Derici, de l’agence Marka, connu pour ses coups médiatiques, cherchait à faire parler de lui pour reprendre pied dans la profession. Avait-il seulement anticipé l’effet de cette reklam, désastreux à l’étranger plus encore qu’en Turquie. «L’opinion publique turque, l’homme de la rue, sait qui est Hitler, mais n’a pas « touché » à  l’horreur de la Shoah, par conséquent Hitler n’est pas un tabou en Turquie, explique Samim Akgönül, professeur à l’Université de Strasbourg. Et puis, l’antisémitisme fait partie du discours ambiant. En 2005, Mein Kampf était même un best-seller chez les ultra-nationalistes turcs.» Conclusion: la pub du shampoing hitlérien fait scandale dans la communauté juive internationale, le clip est retiré et son auteur exclu de l’Association des publicitaires.

Lire la suite

 
Poster un commentaire

Publié par le septembre 5, 2012 dans Media

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :