RSS

Législatives en Turquie: le parti kurde, rempart contre le pouvoir absolu d’Erdogan?

06 Juin

Législatives en Turquie: le parti kurde, rempart contre le pouvoir absolu d’Erdogan?

 

L’Express, 05.06.2015

 

Capture d’écran 2015-06-06 à 16.46.14

Gratifié d’environ 10% des intentions de vote à l’occasion des législatives de dimanche en Turquie, le parti kurde HDP, ancré à gauche et défenseur des droits des autres minorités, pourrait devenir le faiseur de roi de la prochaine Assemblée.

Le parti kurde fait un pari risqué. S’il passe la barre des 10% dimanche, à l’occasion des élections législatives en Turquie, le Parti démocratique du peuple (HDP) pourrait faire obstacle à l’ambition du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan de perpétuer son règne de plus en plus autoritaire sur le pays.

Le HDP est promis à la quatrième place du scrutin avec environ 10% des voix, selon les derniers sondages, loin derrière la formation au pouvoir, le Parti de la justice et du développement (AKP, autour de 42%) et ses deux principaux concurrents, le Parti républicain du peuple (CHP, kémaliste, 26%) et le MHP (nationaliste, 18%).

Le passage du seuil de 10% priverait l’AKP de la majorité qualifiée

Si le HDP dépasse, même d’une seule voix, la barre des 10%, imposée aux partis pour entrer au Parlement, il obtiendrait une cinquantaine de sièges et pourrait priver l’AKP de la majorité qualifiée de 330 sièges sur 550. Ce qui lui permettrait d’empêcher la réforme de la Constitution destinée à renforcer le pouvoir présidentiel souhaitée par Erdogan, pour laquelle cette majorité est indispensable.

Si en revanche, le parti kurde reste sous la barre des 10%, la loi électorale prévoit que les sièges équivalents soient attribués au vainqueur des élection –l’AKP. « Ce système a été mis en place au début des années 1980 par la dictature militaire pour barrer la route aux islamistes et aux Kurdes », explique à L’Express le chercheur Samim Akgönül. Depuis lors, les grands partis ont fustigé ce système… et oublié de le modifier une fois arrivés au pouvoir.

Jusqu’à présent, les candidats kurdes se présentaient comme candidats indépendants et formaient un groupe une fois élus –une trentaine dans le parlement sortant. « En choisissant, pour la première fois, de présenter une liste, le HDP espère doubler le nombre de ses députés, ne plus apparaître comme un parti kurde, en surfant notamment sur l’esprit de Gezi, (le mouvement de contestation de l’été 2013), mais surtout mettre le pouvoir devant ses contradictions, complète Samim Akgönül. S’il dépasse ce seuil, il montre l’absurdité de la loi électorale; s’il reste juste en dessous et que les candidats représentant près de 10% des suffrages ne peuvent pas siéger, il met en relief son caractère anti-démocratique ».

LIRE L’ARTICLE

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 6, 2015 dans Media

 

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :