RSS

Archives Mensuelles: décembre 2012

Farklı Pencereler, Farklı Manzaralar: Sosyal Bilimlerde Yöntem Tartışmaları

Farklı Pencereler, Farklı Manzaralar:

Sosyal Bilimlerde Yöntem Tartışmaları

Der.: Pınar Uyan Semerci / Emre Erdoğan

sosyal bilimler

Sosyal bilimlerde yaygın bir biçimde kullanılan “araç kutusu” metaforu, yöntemsel tercihleri birbirlerini bütünleyen ve dışlamayan araçlar olarak tanımlar. Oysa sosyal bilim öğrencileri yöntemler arasında geçişliliğin bu kadar basit olmadığını ve tercih edilen yöntemin araştırmacının hareket alanını kısıtlayan bir kafese dönüşebildiğini kolaylıkla gözlemlemektedir. 19 Mart 2012 tarihinde İstanbul Bilgi Üniversitesi Uluslararası İlişkiler bölümü tarafından düzenlenen “Metot Atölyesi; farklı yöntemsel tercihlerin bir arada konuşulduğu ve sosyal bilim öğrencilerinin yöntemsel “ötekilerini” tanıyabilecekleri bir tartışma ortamı sağladı. “Farklı Pencereler, Farklı Manzaralar: Sosyal Bilimlerde Yöntem Tartışmaları” başlıklı bu kitap, Metot Atölyesi’nde sunulan bildirilerin tartışmaların ışığında gözden geçirilmiş halini içermektedir. Metot çalışmaları açısından kapsayıcılık iddiası taşımayan bu derleme, metoda dair sistematik olarak düşünme ve tartışmaya bir katkı sağlar ise hedefine ulaşm

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 29, 2012 dans Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , ,

Negotiating Political Power in Turkey

Negotiating Political Power in Turkey

Breaking up the Party

Edited by Elise Massicard, Nicole Watts

negociating

This edited collection looks at how political parties in Turkey actually work, inside and out. Departing from traditional macro-level analyses, the book offers a new sociological approach to the study of political parties, treating them as non-unitary entities composed of many different groups and individuals who both cooperate and compete with one another.

The central proposition of the book is that parties must be studied as clusters of relationships in specific locales rather than as unitary ‘black boxes.’ This ground-up approach provides new insights into the internal workings of political parties; why parties gain and lose elections and other political resources; and the ways in which power is negotiated and exercised in Turkey and beyond.

Chapters include studies of Islamic and Islamist parties from the 1970s to the present, ethnic Kurdish parties, center- and extreme right parties, and the far left, as well as independent candidates. The authors pay particular attention to relations – and the blurry boundaries– between parties and civil society groups, religious associations, non-governmental organizations, ethnic and socio-economic groups, and state institutions, and to the variability of external and internal party politics in different geographies such as Adana, Mersin, and Diyarbakir.

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 13, 2012 dans Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , , ,

Pinar Selek dans les mâchoires du système judiciaire turc

 

Pinar Selek dans les mâchoires du système judiciaire turc

 

Laure Marchand

Le Figaro, 11/12/2012

Le cas Pinar Selek sera peut-être un jour enseigné aux étudiants en droit comme un exemple des égarements de la justice turque. Cette sociologue réfugiée à Strasbourg est harcelée judiciairement depuis quatorze ans. Son procès pour terrorisme reprend mercredi devant la cour pénale n° 12 d’Istanbul alors qu’elle a déjà été acquittée deux fois. Une affaire ubuesque, dans laquelle elle est toujours menacée d’une condamnation à perpétuité pour terrorisme.

Tout commence en juillet 1998 par une explosion au bazar égyptien d’Istanbul, près de la Corne d’or, qui fait sept morts. Deux jours plus tard, Pinar Selek est placée en garde à vue et torturée. La police veut connaître les noms des militants de la guérilla kurde du PKK qu’elle a interrogés dans le cadre de ses recherches. Le 12 août, Abdülmecit Öztürk, un Kurde soupçonné de faire partie du PKK, est arrêté. Au cours de son interrogatoire, il dit avoir fabriqué avec Pinar Selek une bombe qui a été posée dans le petit restaurant du marché où l’explosion s’est produite. Très vite, l’homme se rétractera, dira avoir donné son nom sous la torture et sera finalement innocenté. Sur les causes du drame, les rapports d’expertises concluent à… une fuite de gaz.

Un militantisme mal vu

L’attentat étant en fait un accident, les charges contre Pinar Selek, accusée d’avoir «posé une bombe» qui n’a jamais existé, devraient en toute logique être abandonnées. Mais le procureur s’acharne. À deux reprises, en 2008 et 2011, un acquittement est pourtant prononcé. Le 22 novembre dernier, à la faveur d’une absence du juge qui suit l’affaire, la 12e cour, qui avait reconnu par deux fois sa non-culpabilité, se dédit et annule sa décision – une impossibilité en droit.

Pinar Selek se dit à bout de forces et de patience: «Quatorze ans et demi à lutter, c’est presque une vie, dit-elle. C’est comme un supplice chinois, tant que le procès n’est pas terminé, je ne peux pas guérir des séquelles laissées par la torture, elles sont à chaque fois ravivées.» Aujourd’hui âgée de 41 ans, elle poursuit une thèse sur les mouvements sociaux en Turquie à l’université de Strasbourg. Lorsqu’elle vivait à Istanbul, la jeune femme engagée à gauche a été de tous les combats pour défendre les minorités opprimées par l’État. En s’acharnant sur elle, la justice lui fait payer ce militantisme, mal vu en Turquie.

Pour le politologue Samim Akgönül, professeur à l’université de Strasbourg, le cauchemar que subit Pinar Selek est révélateur de la nature de la justice en Turquie: «Depuis le début de la République, la justice ne s’est jamais privée de violer la loi, en 1930 comme en 2012. Elle ne protège pas les citoyens, elle protège l’État, qui est sacré, contre les individus, qui sont perçus comme une menace pour la pérennité de l’État.» Ce fonctionnement explique pourquoi la Turquie est le pays le plus condamné par la Cour européenne des droits de l’homme.

Pinar Selek bénéficie d’un puissant comité de soutien en France. Catherine Trautmann, parlementaire européenne, a envoyé une lettre au premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Le président de son université, Alain Beretz, a pris publiquement position en sa faveur. «Pinar Selek est un symbole, poursuit Samim Akgönül. Combien sont-ils à pourrir dans les geôles turques pour des histoires similaires?»

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 13, 2012 dans Media, News

 

Étiquettes : , , , ,

Affaire Pinar Selek : Vade Mecum

Affaire Pinar Selek

Vade Mecum

Samim Akgönül

Pinar Selek est une sociologue, militante des droits humains, né en 1971 à Istanbul. Après avoir fait ses études secondaires dans le prestigieux lycée francophone Notre Dame de Sion, Selek a terminé ses études de Sociologie à l’Université Mimar Sinan, en tant que majeure de sa promotion. Elle a étudié à l’Université Nice Sophia-Antipolis l’économie politique et a achevé son DEA de Sociologie à l’Université Mimar Sinan d’Istanbul. Elle mène actuellement ses recherches doctorales à l’Université de Strasbourg. Elle est surtout reconnue pour son travail d’intellectuelle engagée en faveur des exclus et des opprimés de la société, plus particulièrement à travers ses livres sur les femmes, les homosexuels, les transgenres, les enfants des rues et les Kurdes. Elle est également activiste féministe, fondatrice d’Amargi, une association de  défense des femmes opprimées. Elles est issue d’une famille de juristes, et fille de Alp Selek, un défenseur renommé des droits humains  qui a défendu la gauche opprimée depuis les années 1960 et a donné du fil à retordre aux pouvoirs en place.

Le 19 juillet 1998 il y a eu une explosion dans le Marché historique d’épices d’Istanbul (« Marché égyptien »), un haut lieu touristique à l’embouchure de la Corne d’Or. Cette explosion dans un petit restaurant a causé la mort de 7 personnes et plus de 100 blessés. Il s’agissait d’une période où les attentats à la bombe attribués au PKK, les rebelles kurdes indépendantistes, étaient très fréquents. « Tout naturellement », l’opinion publique turque, ainsi que les autorités se sont d’abord penchés sur l’éventualité d’un attentat à la bombe.

Lors de l’enquête qui a suivi, les forces de sécurité et les experts en explosion ont communiqué, en 10 jours, 6 (six) rapports, soulignant tous l’absence d’indice  témoignant de la présence d’un engin explosif.  Clairement, tous les rapports penchaient pour une explosion due à une fuite de gaz. Ils ont souligné qu’un engin explosif aurait creusé un cratère d’au moins 50 cm de profondeur.

Deux jours après l’explosion, le 11 juillet 1998, Pinar Selek a été mise en garde à vue, accusée de faire partie d’une « organisation terroriste », sans lien avec l’explosion en question. Elle était, à cette époque, en train de mener des entretiens avec les militants du PKK pour un livre et elle refusait de donner les noms de ses interlocuteurs aux forces de sécurité. Dans un climat de violence politique et nationaliste, son travail scientifique n’a pas pu être supporté par le pouvoir. Lors de sa garde à vue, Selek a été détenue pendant 7 jours sans voir ni un avocat ni un juge, et a subi toutes les techniques de torture, y compris « le crochet de Palestine ». Il y a même eu un rapport de la police indiquant qu’elle « était tombée et s’était  cassé le bras » pendant l’interrogatoire… Par la suite, les rapports médicaux et post-traumatiques ont confirmé les tortures en question.

En revanche, durant cette garde à vue, aucune question ne lui fut posée au sujet de l’explosion du Marché aux épices, dans la mesure elle avait été arrêtée pour une tout  autre « accusation » et qu’il avait été établi que l’explosion en question était due à une fuite de gaz.

10 jours après son arrestation, le 28 juillet 1998, le procureur de la Cour de Sûreté de l’Etat (ces Cours instituées par la junte militaire qui étaient chargées de réprimer l’opposition de gauche et des Kurdes), accuse Selek d’être membre du PKK et requiert 10 à 15 ans d’emprisonnement, sans que la question de l’explosion ne soit évoquée.

Le 12 Août 1998, c’est à dire 15 jours après l’arrestation de Selek, la police d’Edirne (ville près de la frontière turco-grecque) met en garde à vue un individu, Baran Öztürk, soupçonné de tenter de fuir en Grèce pour rejoindre les camps du PKK dans ce pays. Suite à son interrogatoire, 21 autres membres présumés sont mis en garde à vue  dans différents quartiers d’Istanbul. Certains de ces individus arrêtés, sans qu’il y ait un lien quelconque, « déclarent » à la police qu’ils prennent des « ordres » de Pinar Selek. Un de ces 12 prévenus, un certain Abdülmecit Öztürk, « confesse » lors de sa garde à vue qu’il avait préparé chez sa tante l’engin explosif qui avait causé l’explosion du Marché aux Epices avec Pinar Selek, alors que jusqu’à ce jour, il n’y avait aucun indice révélant l’existence  d’un engin explosif.

Suite à cet « aveu », le procureur demande une nouvelle expertise. Sous la présidence de l’Universitaire Sevil Atasoy, le nouveau rapport, bien que techniquement très superficiel, indique, malgré les 6 rapports précédents, la présence possible dans les lieux de l’explosion d’un produit nommé nitrocellulose. Ainsi, tout d’un coup non seulement l’explosion du Marché aux épices devient un attentat, mais de surcroît, suivant la déposition d’Öztürk, Selek devient suspecte.

Lorsque Abdülmecit Öztürk est présenté au juge de la Cour de Sûreté de l’Etat, il se rétracte et déclare qu’il n’était pas au courant de l’explosion du Marché aux épices, qu’il ne connaissait pas Pinar Selek, que tout ceci était un complot et une fiction et que sa déclaration lui avait été dictée par la police sous la torture. Lors de la délibération, Öztürk est pris dans une salle annexe du tribunal par la police qui l’escorte et à son retour il déclare qu’il veut faire une déclaration supplémentaire. Il se rétracte à nouveau, confirme ? ces aveux par écrit mais le procureur refuse de signer cette nouvelle déclaration. Suite aux protestations des avocats de Selek, indiquant que ces aveux n’avaient pas de valeur juridique sans la signature du procureur, celui-ci acceptera de signer ces aveux deux ans et demi plus tard.

Entretemps,  les enquêteurs avaient interrogé la tante d’Öztürk, chez laquelle ce dernier déclarait avoir préparé l’engin explosif avec Pinar Selek. Selon la déclaration écrite présentée par les enquêteurs, la tante en question avait identifié Selek sur photo, avait dit que son neveu l’avait présentée comme sa fiancée, et qu’ils s’étaient enfermés dans une chambre.

Lors de l’audience, la cour a convoqué la tante en question et les parties ont pu voir que cette vieille dame kurde, ne parlait pas un seul mot de turc et qu’il était impossible d’écrire la déposition présentée, sans l’aide d’un traducteur de surcroît. Lors de l’audience, la dame déclare, avec l’aide d’un traducteur, qu’elle n’avait jamais déposé auparavant, qu’elle n’avait effectué aucune identification, qu’elle était analphabète, qu’elle avait apposé son empreinte digitale sur une feuille présentée par la police, et qu’elle n’avait jamais vu la jeune femme présente dans la cour.

Suite à ces développements, la cour libère Abdülmecit Öztürk, qui sera jugé libre. Lors des audiences suivantes, une fois sauvé des mains de la police, Öztürk, répète sans cesse la même déclaration, à savoir qu’il ne connaissait pas Pinar Selek, et que sa déposition avait été extorquée sous la torture et sous la menace.

Malgré ces développements, Selek, à laquelle on n’avait posé aucune question au sujet de l’explosion du Marché aux épices, devient l’objet d’une deuxième accusation pour un deuxième procès : celle d’avoir fomenté un attentat au Marché aux épices. Les deux procès (le premier, membre d’une organisation terroriste, et le deuxième, attentat) sont réunis en 1999.

En 2000, deux nouveaux rapports d’expertise sont présentés à la Cour : le premier d’un professeur expert en explosifs de la Faculté de Chimie de l’Université d’Istanbul, et le deuxième d’une commission d’experts mandée par la cour, composée d’experts en explosifs de l’Institut Médico-légal de la Faculté de Médecine de l’Université d’Istanbul a Cerrahpasa. Les deux rapports démontent le rapport du 2 novembre, et indiquent qu’il n’y a aucune trace d’un explosif quelconque dans l’affaire du Marché aux épices. Le 21 décembre 2000, après deux ans et demi de détention, Pinar Selek est relâchée.

Le 19 avril 2001, la Direction de la Sûreté d’Istanbul envoie à la Cour une requête demandant une nouvelle expertise. En annexe de cette requête se trouvait un rapport « spontané » non daté et non signé, émanant du Ministère de l’Intérieur, soulignant qu’il s’agissait d’un engin explosif.

Ce « rapport » non sollicité, fut suivi par deux autres rapports émanant de deux administrations médico-légales du Ministère de la Justice, qui soulignaient que la présence d’un engin explosif n’était pas et ne pouvait être déterminée.

Malgré ces deux nouveaux rapports d’expertise, la Cour a quand même suivi la requête de la Sûreté d’Istanbul et a commandé un nouveau rapport à une nouvelle commission d’expertise composée de cinq membres dont deux officiers de  gendarmerie. La nouvelle commission  présente en 2002 son rapport en faveur de la thèse de la bombe, mais il est signé seulement par quatre de ces cinq membres. Le cinquième membre, un Professeur de l’Université Technique de Moyen Orient, a refusé de signer et a établi une contre-expertise refusant la thèse de la bombe.  Et enfin, un nouveau rapport d’expertise fut rédigé par une nouvelle commission composée de Professeurs de la même université, démontant techniquement, point par point, le rapport de la Gendarmerie.

Suite à cette succession de rapports d’expertise, la Cour décide en 2006 qu’elle ne pouvait établir un verdict sûr en ce qui concerne l’affaire du Marché aux épices, et décide, à l’unanimité, qu’il n’y a pas lieu de rendre un arrêt à l’encontre de Selek et d’Öztürk. Le Procureur de la République fait appel de cette décision requérant la condamnation de Selek et Öztürk s’appuyant sur deux rapports d’expertise, celui de 1998, et celui de la Gendarmerie, sans prendre en considération les autres et sur la déposition d’Öztürk même si ce dernier s’était rétracté par la suite.

En effet, la décision est cassée par la 9e Chambre pénale de la Cour de Cassation, arguant qu’il n’y avait pas dans le droit turc une décision comme « il n’y a pas lieu de rendre un arrêt » et renvoie l’affaire devant la première instance afin qu’elle prenne une décision claire en faveur d’un acquittement ou d’une condamnation.

En 2008, la Cour locale, s’appuyant sur ses premières considérations, prononce, toujours à l’unanimité, un acquittement clair. Le Procureur fait également appel de cet arrêt s’appuyant sur ses premiers arguments. En revanche, alors que le Procureur demandait l’appel pour Pinar Selek, il avait décidé de ne pas faire appel pour l’arrêt d’Öztürk. Ainsi, Pinar Selek était accusée sur les dépositions d’Öztürk, Öztürk s’était rétracté, il était définitivement acquitté mais la poursuite judiciaire fondée sur sa déposition perdurait pour elle.

La 9e Chambre pénale de la Cour de Cassation, omettant tous ces faits, casse l’arrêt sur le fond demandant la perpétuité incompressible pour Selek selon l’article 125 du Code pénal.

Avant que l’Affaire revienne devant la Cour locale ayant prononcé l’acquittement, le Procureur Général de la République, saisissant la voie « d’objection extraordinaire », a porté cette décision de la 9e Chambre pénale de la Cour de Cassation devant la Grande Chambre de la Cour de Cassation.

La Grande Chambre refuse l’objection du Procureur Général de la République à la majorité des voix.

Alors que la Grande Chambre refusait l’objection du Procureur général, l’auteure du premier rapport (1998), le Professeur Sevil Atasoy, déclarait aux quotidiens Vatan et Taraf, que dans son rapport rien n’indiquait une explosion due à un engin explosif et précisait seulement les méthodes à utiliser pour établir avec certitude la présence d’une bombe. Ainsi, elle déclarait que son rapport d’expertise avait été manipulé par l’acte d’accusation. La même universitaire a répété ces mêmes propos lors d’une émission télévisée à la chaîne CNN Türk.

Ainsi, la décision de la 9e Chambre de Cassation est revenue devant la Cour locale. Le 9 février 2011, la Cour maintient, toujours à l’unanimité, son arrêt d’acquittement pour une troisième fois. Elle s’est ainsi définitivement prononcée ; son rôle judiciaire est terminé. Maintenant la parole définitive sera celle de la Grande Chambre. Pour y envoyer le dossier complet accompagné du réquisitoire sur le fond du Procureur, la Cour locale attend l’achèvement des procès annexes.

L’audience du 22 novembre 2012 concernait ces affaires annexes. Entre-temps le juge titulaire, celui qui avait prononcé trois acquittements, avait pris un congé maladie de 45 jours, souffrant des problèmes cardiaques. Un  juge suppléant, ne connaissant pas l’affaire qui avait duré 14 ans, ne connaissant pas le contenu des dizaines de sacs de dépositions et de correspondance, avait été nommé. De l’équipe qui avait maintenu la décision d’acquittement, un autre juge avait également été écarté de l’affaire. Un seul juge de la première équipe était présent.

L’audience devait commencer à 10h 30 mais les portes restaient closes. Les avocats ont tenté de prendre des nouvelles vers 12h mais le nouveau président a répondu qu’il avait droit à une pause déjeuner. L’audience censée commencer à 14h ne commença qu’à . Les avocats prennent leur place dans l’attente des habituelles vérifications d’identité, quand ils aperçoivent un écran d’ordinateur resté allumé. Le greffier de la Cour est en train de corriger un mot. Ils découvrent avec stupéfaction qu’il s’agit d’une décision déjà prise : “Considérant que la Grande Chambre de la Cour de Cassation a refusé la requête d’objection du Procureur général de la Cour de Cassation, la décision du maintien de l’arrêt d’acquittement prise précédemment contient un vice de forme et donc il a été décidé de révoquer l’arrêt d’acquittement.

Sur ce, le Procureur remercie la Cour et lit aussitôt un réquisitoire sur le fond qu’il avait apparemment apporté avec lui et, bien évidemment, requiert à nouveau la perpétuité. Ce qui signifie qu’il prononce pour la seconde fois un réquisitoire sur le fond dans un dossier sur lequel l’arrêt définitif a été rendu il y a un an et demi et dont il avait lui-même fait appel. Mais ce qui est aussi intéressant, c’est le fait il déclare aux journalistes : “J’ai été choqué.” Or, lorsque les portes étaient verrouillées, il était à l’intérieur.

Les juristes en Turquie sont maintenant unanimes sur deux points :

Que la Cour locale est juridiquement incapable de révoquer sa propre décision, prise il y a un an et demi car elle s’était prononcée définitivement ;Qu’elle garde toujours le droit de maintenir sa décision d’acquittement contre la Grande Chambre.

 Suite aux protestations des avocats, la Cour a renvoyé l’Affaire au 13 décembre (21 jours plus tard) pour une décision définitive, donc avant la fin du congé maladie du juge titulaire alors que pour les 46 audiences des 14 années précédentes, les reports avaient été tous prononcés à une échéance de trois mois environ. D’autant plus que, ce jour-là, la Cour a renvoyé à trois ou quatre mois les jugements des autres affaires qu’elle devait traiter.

Estimant que la Cour dans sa nouvelle composition avait violé la loi en se substituant à la Cour de Cassation, et avait perdu son impartialité, les avocats de Selek présentent une requête le 29 novembre 2012, pour refuser que le même juge préside l’audience du 13 décembre.  Entre temps, le juge titulaire a déclaré au quotidien Vatan du 24 novembre 2012 qu’il était très surpris de cette décision et qu’il pouvait revenir avant la fin de son arrêt maladie de 45 jours.

Il est difficile de prévoir la voie qui sera suivie lors de l’audience du 13 décembre 2012. Avant tout il y aura une décision concernant la requête des avocats au sujet de changement de juge. Si cette requête est refusée, les avocats porteront l’affaire devant une autre Cour pénale.

Quoi qu’il en soit, que la requête de changement de juge soit acceptée ou non, les possibilités sont les suivantes :

1) Les juges peuvent revenir sur leur décision intermédiaire du 22 novembre 2012, considérée comme illégale par les avocats. Ainsi, la procédure pourra revenir à son cours normal. Autrement dit, l’arrêt d’acquittement rendu le 9 février 2011, sera porté avec les autres cas annexes quand ils seront achevés, devant la Grande Chambre de la Cour de Cassation. La décision de la Grande chambre sera définitive.

2)Si les juges ne reviennent pas sur le verdict du 22 novembre, le jugement continuera d’une manière illégale. Le verdict de perpétuité pourra faire l’objet d’un appel devant la 9e Chambre de la Cour de Cassation.

A la Cour européenne des Droits de l’Homme, le dossier de Pinar Selek est en attente de la fin de la procédure interne. Ce dossier concerne l’article 3 de la Convention européenne des Droits de l’Homme (interdiction de la torture) et surtout l’article 6 (droit à un procès équitable).

Pinar Selek est actuellement en exil en France où elle continue ses recherches doctorales à l’Université de Strasbourg. Elle est soutenue par la société civile dans le monde entier, notamment en Turquie, en France et en Allemagne, par le monde universitaire en Turquie, en France et aux Etats Unis. Ancienne boursière de PEN Allemagne, elle a obtenu le prix « Duygu Asena » de PEN international en 2009. Elle est l’auteure de quatre monographies scientifiques, d’un roman, et d’un livre pour enfants.

Ce Vade Mecum est préparé en s’appuyant :
Sur l’article d’Akin Atalay, un des avocats de Pinar Selek, « Bir Hukuk Garabetinin Öyküsü: A’dan Z’ye Pınar Selek davası » publié sur le site d’information t24 le 28.11.2012 (http://t24.com.tr/haber/bir-hukuk-garabetinin-oykusu-adan-zye-pinar-selek-davasi/218487)
Sur l’article de Baskin Oran, « Pınar Selek davasında inanılmaz olaylar » paru dans le quotidien Radikal, le 26.11.2012 (http://www.radikal.com.tr/Radikal.aspx?aType=RadikalDetayV3&ArticleID=1109396&CategoryID=97) Pour la traduction en français de cet article : http://www.turquieeuropeenne.eu/5402-incroyables-developpements-dans-l-affaire-pinar-selek.html
Sur les entretiens de l’auteur avec les avocats de Pinar Selek et avec l’intéressée elle même.
L’auteur a été présent lors des trois dernières audiences.
La dernière version de ce document a été revue et corrigée par Baskin Oran et Etienne Copeaux.
 
5 Commentaires

Publié par le décembre 3, 2012 dans Media, News

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :