RSS

PEREGRINATIONS ENTRE ERIS ET EROS

11 Mar

Samim Akgönül

Les Turcs et les Grecs

pérégrinations entre Eris et Eros

Mésogeios, 36 (2010), « Hommage à Semih Vaner » Deniz Vardar (Dir.), p. 41-64.

 

 

Bastonuna dayanarak

Cunda adasındaki bahçesini sularken

Sabah alacasında

Uyur uyanık

Beli bükük İsmet hanım

Uzakta çok uzakta kalmış

Giritteki evlerinde

Annesinin gece vakti söylediği

Rumca Ninnisini dinliyor

Can kulağıyla bir yandan

Arif Damar

Τουρκιαδαν καλδιρτηλαρ πιζλερι

Καν αγλαyιορ χεπιμιζιν κιοζλερι

 

Παπα Νεοφιτος Οικονομος

Introduction

 

Comment concevoir les relations entre deux nations qui ont érigé comme “autre” par excellence celle d’en face, surtout dans la durée. La durée des deux constructions nationales, donc une durée relativement courte ; mais une autre aussi, plus longue, partie intégrante de ce processus de construction, manipulée, réinterprétée, réécrite, réinventée, parfois inventée. La Turkokratia des Grecs est autant une construction présentiste que la Pax ottomana des Turcs. La Mikriasatiki Katastrophi est autant la pierre angulaire de la grécité que la Kurtuluş Savaşı celle de la turcité. Ces visions du passé sont indispensables, chaque nation en possède. Car les nations se construisent sur des victoires, sur des faits héroïques, mais elles se construisent également sur des catastrophes, des exils, des souffrances, sur des peines partagées. Bref, sur l’animosité, sur la rivalité… parfois sur la haine. Mais la construction nationale ne peut effacer le partage avec le groupe d’en face, surtout si ce partage a duré, surtout s’il dure… Ce partage, ces partages, créent la proximité, la ressemblance voire parfois la mêmeté. Voltaire disait « identité n’est que mêmeté ». Parfois les Turcs et les Grecs sont… identiques, donc partagent la même identité, malgré le discours de différence.

 

Alors, comment concevoir ces relations aussi contradictoires dans la durée ? L’anthropologie et l’histoire, mais aussi la littérature et l’art dans tous les sens du terme, donnent des réponses contradictoires à cette question. Car ce qui est partagé divise autant qu’il réunit. Ce sont ces contradictions que je voudrais rapidement examiner puis essayer de dépasser en proposant, à côté de modèles éprouvés qui définissent la tradition des études des relations gréco-turques, des cadres complémentaires d’interprétation.

Lire la suite de l’article : PEREGRINATIONS ENTRE ERIS ET EROS

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 11, 2012 dans News, Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :