RSS

Une loi qui donne du grain à moudre aux nationalistes

11 Jan

Samim Akgönül: « une loi qui donne du grain à moudre aux nationalistes »

Guillaume Perrier, Correspondant du Monde à Istanbul

11 janvier 2012

Samim Akgönül, historien et politologue, professeur au département d’Etudes turques de l’université Marc Bloch de Strasbourg, spécialiste des « minorités » de Turquie livre son avis sur la proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien de 1915

Quelle impact aura le vote,  selon vous, sur la Turquie?

Depuis une dizaine d’années il existe en Turquie un débat sans précédent sur des questions identitaires et sur la question de l’Histoire officielle, englobant celle des Arméniens. On peut diviser ces débats en trois catégories distinctes, la contestation de l’Histoire officielle des minorités non-musulmanes, principalement Grecs et Arméniens ; la contestation de l’Histoire officielle des Kurdes, et la contestation de l’Histoire officielle des Alévis. Ce qu’il faut retenir est le fait que ces trois débats sont menés parallèlement, par les mêmes milieux comprenant quelques universitaires, quelques organisations de la société civile (fondations telle que TESEV), et quelques journalistes.

Bien que menée par un groupe restreint, l’impact de cette démarche fut très large. Le colloque sur les Arméniens à l’Université Bilgi en 2005, l’exposition sur les événements du 6/7 septembre 1955 [des pogroms anti grecs dans le quartier de Pera] encore en 2005, La réunion des Grecs d’Istanbul en 2006, la pétition d’excuse aux Arméniens de Turquie ayant reçu près de 30 000 signatures en 2008, la première commémoration du 24 avril sur la place Taksim en 2010, d’innombrables articles de journaux, livres, colloques, conférences et débats télévisés en sont quelques exemples.

Bien entendu, dans cet engagement, l’assassinat de Hrant Dink en 2007 est un point de rupture très important. Les milliers de personnes qui ont marché après ce meurtre dont les implications ne sont toujours pas claires, ont réussi à avoir l’effet d’une bombe sur l‘opinion car à travers cet engagement, l’homme de la rue a pu connaître les positions courageuses, intelligentes et humanistes de Dink. Parmi ces positions, il y avait une opposition de la part de Dink, à toute restriction à la liberté d’expression. Il s’était par exemple opposé à la pénalisation de la « négation » du génocide en France.  Ainsi, à travers la figure de Hrant Dink, à travers par la suite des activités de la Fondation Hrant Dink, la société turque est plus que jamais au cœur d’un débat sur la question du génocide et plus généralement sur la remise en cause de l’ensemble des inepties de l’Histoire officielle.

Lire la suite : http://istanbul.blog.lemonde.fr/2012/01/11/samim-akgonul/

 
Poster un commentaire

Publié par le janvier 11, 2012 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :