RSS

Archives Mensuelles: décembre 2011

Le vote du parlement français nuit au travail de mémoire en Turquie

«Le vote du parlement français nuit au travail de mémoire en Turquie»

Cengiz AKTAR

Propos recueillis par Sylvie Arsever

Le Temps, 29/12/2011

Pour le politologue Cengiz Aktar, auteur d’un appel au pardon lancé par les Turcs en direction des Arméniens, la pénalisation du négationnisme suscite une réaction nationaliste contre-productive

Professeur de sciences politiques à l’Université Bahçesehir à Istanbul, Cengiz Aktar a été l’initiateur en 2008 d’un appel au pardon en direction de la communauté arménienne, signé par quelque 30 000 Turcs. Il est également membre de la Fondation Hrant Dink , du nom du journaliste et poète turco-arménien assassiné en 2007. Il réagit à la décision du parlement français de pénaliser la négation du génocide arménien.
Le Temps: Quelle est votre appréciation du vote français?
Cengiz Aktar: C’est un geste contre-productif, qui contrarie le travail de mémoire en Turquie. C’est ici que les faits se sont déroulés et c’est ici que ce travail doit se faire.
– Et il se fait?
– Oui. Il y a encore dix ans dominait un négationnisme obtus face auquel ce type de décision politique pouvait peut-être avoir un sens, au moins indirectement. Ce qui se disait à l’étranger du génocide arménien a permis aux Turcs curieux de s’informer. Mais aujourd’hui, on n’en est plus là. Un vrai travail de fond est en cours, mené par les forces les plus dynamiques de la société civile. Ces deux dernières années, nous avons ainsi commémoré le lancement du génocide, le 24 avril, par des veilles publiques à Istanbul. L’an prochain, je ne suis malheureusement pas sûr que nous pourrons le faire de la même manière.
– Pourquoi?
– A cause de l’hystérie nationaliste qu’a déclenchée la décision française. Cela peut nous ramener quelque temps en arrière. Mais le travail de mémoire ne sera pas stoppé: les djinns sont sortis de la bouteille et ils n’y rentreront pas. Le processus se déroule au niveau associatif, chez les historiens et aussi chez les particuliers, qui interrogent l’histoire de leur famille, se découvrent parfois des ancêtres arméniens.
– On a parfois le sentiment que
le gouvernement, après avoir été ouvert à ce type de développement, revient un peu en arrière…
– Je parlerais plutôt d’une évolution en dents de scie. Il y a encore des progrès: on réaffecte des églises et tout récemment, le gouvernement a amorcé la restitution des biens confisqués aux fondations religieuses minoritaires en 1936.
– Quel est l’écho de ces processus
au sein de la population?
– Une majorité de Turcs continuent de n’avoir aucune idée de leur histoire nationale. Mais des cercles larges sont impliqués dans un travail de mémoire qui concerne toute l’histoire de l’Anatolie: les massacres visant les Arméniens et les Syriaques, les déplacements des populations grecques, la persécution des Kurdes et des alévis et même la mise sous le boisseau de la religion qui a touché les sunnites pratiquants. Ces derniers sont conscients de ce phénomène et je rencontre régulièrement de jeunes musulmans très concernés par notre activité.
– Quelle est l’implication des historiens? Des tentatives avaient été faites pour trouver un terrain d’entente entre spécialistes turcs
et arméniens…
– Cela n’a rien donné. La thèse officielle turque est trop éloignée de la réalité. En revanche, il y a un travail important de la part d’historiens indépendants. Nous avons organisé par exemple un colloque international à Diyarbakir sur l’histoire sociale, économique et politique de la région de 1838 à 1938. Il comprenait des contributions savantes et une participation du public, notamment en provenance de la diaspora arménienne. Des descendants des victimes ont ainsi pu rencontrer des descendants des bourreaux.
– Et qu’apporte la recherche historique à la compréhension des événements de 1915?
– Elle permet de mettre en évidence d’abord que les populations turques, kurdes et arméniennes ont vécu côte à côte sur ces terres pendant des siècles et qu’il y avait une forme d’entente. D’identifier les forces de déstabilisation qui ont brisé cet équilibre au moment de la désagrégation de l’Empire ottoman, avec notamment l’arrivée de populations turques émigrées du Caucase et des Balkans. Et surtout de comprendre que c’est toute l’Anatolie qui a été bouleversée: elle ne s’est pas remise de la disparition des Arméniens.
– Comment expliquez-vous l’indifférence qui semble entourer ce travail à l’étranger et notamment au sein de la diaspora arménienne?
– Une partie de la diaspora y est très impliquée. Mais pour les nationalistes du Dachnak, c’est une forme de concurrence malvenue. Cela dit, je comprends que pour certains amis arméniens, la décision française, même si je la juge inopportune, puisse représenter un soulagement, le sentiment que justice a été rendue.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 31, 2011 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Ahmed Arif Otuzüç Kurşun

OTUZÜÇ KURŞUN  

   1.

   Bu dağ Mengene dağıdır
Tanyeri atanda Van’da
Bu dağ Nemrut yavrusudur
Tanyeri atanda Nemruda karşı
Bir yanın çığ tutar, Kafkas ufkudur
Bir yanın seccade Acem mülküdür
Doruklarda buzulların salkımı
Firari guvercinler su başlarında
Ve karaca sürüsü,
Keklik takımı…

Yiğitlik inkar gelinmez
Tek’e – tek doğüşte yenilmediler
Bin yıllardan bu yan, bura uşağı
Gel haberi nerden verek
Turna sürüsü değil bu
Gökte yıldız burcu değil
Otuzüç kurşunlu yürek
Otuzuç kan pınarı
Akmaz,
Göl olmuş bu dağda…

2.

   Yokuşun dibinden bir tavşan kalktı
Sırtı alacakır
Karnı sütbeyaz
Garip, ikicanlı, bir dağ tavşanı
Yüreği ağzında öyle zavallı
Tövbeye getirir insanı
Tenhaydı, tenhaydı vakitler
Kusursuz, çırılçıplak bir şafaktı

Baktı otuzüçten biri
Karnında açlığın ağır boşluğu
Saç, sakal bir karış
Yakasında bit,
Baktı kolları vurulu,
Cehennem yurekli bir yiğit,
Bir garip tavşana,
Bir gerilere.

Düştü nazlı filintası aklına,
Yastığı altında küsmüş,
Düştü, Harran ovasından getirdiği tay
Perçemi mavi boncuklu,
Alnında akıtma
Üç topuğu ak,
Eşkini hovarda, kıvrak,
Doru, seglavi kısrağı.
Nasıl uçmuşlardı Hozat önünde!

Şimdi, böyle çaresiz ve bağlı,
Böyle arkasında bir soğuk namlu
Bulunmayaydı,
Sığınabilirdi yuceltilere…
Bu dağlar, kardeş dağlar, kadrini bilir,
Evvel Allah bu eller utandırmaz adamı,
Yanan cıgaranın külünü,
Güneşlerde çatal kıvılcımlanan
Engereğin dilini,
İlk atımda uçuran
Usta elleri…

Bu gözler, bir kere bile faka basmadı
Çığ bekleyen boğazların kıyametini
Karlı, yumuşacık hıyanetini
Uçurumların,
Önceden bilen gözleri…
Çaresiz
Vurulacaktı,
Buyruk kesindi,
Gayrı gözlerini kör sürüngenler
Yüreğini leş kuşları yesindi…

3.

   Vurulmuşum
Dağların kuytuluk bir boğazında
Vakitlerden bir sabah namazında
Yatarım
Kanlı, upuzun…

Vurulmuşum
Düşüm, gecelerden kara
Bir hayra yoranım çıkmaz
Canım alırlar ecelsiz
Sığdıramam kitaplara
Şifre buyurmuş bir paşa
Vurulmuşum hiç sorgusuz, yargısız

Kirvem, hallarımı aynı böyle yaz
Rivayet sanılır belki
Gül memeler değil
Domdom kurşunu
Paramparça ağzımdaki…

4.

   Ölüm buyruğunu uyguladılar,
Mavi dağ dumanını
ve uyur-uyanık seher yelini
Kanlara buladılar.
Sonra oracıkta tüfek çattılar
Koynumuzu usul-usul yoklayıp
Aradılar.
Didik-didik ettiler
Kirmanşah dokuması al kuşağımı
Tespihimi, tabakamı alıp gittiler
Hepsi de armağandı Acemelinden…

Kirveyiz, kardeşiz, kanla bağlıyız
Karşıyaka köyleri, obalarıyla
Kız alıp vermişiz yüzyıllar boyu,
Komşuyuz yaka yakaya
Birbirine karışır tavuklarımız
Bilmezlikten değil,
Fıkaralıktan
Pasaporta ısınmamış içimiz
Budur katlimize sebep suçumuz,
Gayrı eşkiyaya çıkar adımız
Kaçakçıya
Soyguncuya
Hayına…

Kirvem hallarımı aynı böyle yaz
Rivayet sanılır belki
Gül memeler değil
Domdom kurşunu
Paramparça ağzımdaki…

5.

Vurun ulan,
Vurun,
Ben kolay ölmem.
Ocakta küllenmiş közüm,
Karnımda sözüm var
Haldan bilene.
Babam gözlerini verdi Urfa önünde
Üç de kardaşını
Üç nazlı selvi,
Ömrüne doymamış üç dağ parçası.
Burçlardan, tepelerden, minarelerden
Kirve, hısım, dağların çocukları
Fransız Kuşatmasına karşı koyanda

Bıyıkları yeni terlemiş daha
Benim küçük dayım Nazif
Yakışıklı,
Hafif,
İyi süvari
Vurun kardaş demiş
Namus günüdür
Ve şaha kaldırmış atını.

Kirvem hallarımı aynı böyle yaz
Rivayet sanılır belki
Gül memeler değil
Domdom kurşunu
Paramparça ağzımdaki…

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 29, 2011 dans News

 

Étiquettes : , , ,

Salom

Maya takvimine göre

Tilda LEVI

Şalom, 28/12/1911

« Kimse azınlık olmak istemiyor.” 20 Aralık 2011 tarihli Milliyet Cadde’de böyle çarpıcı bir başlığa rastladım.. Strasbourg Üniversitesi öğretim üyesi Prof. Dr. Samim Akgönül‘Azınlık’ adlı bir kitap yayınladı. Söyleşiyi gerçekleştiren Neşe Mesutoğlu. Akgönül, “Kanımca azınlıkların İstanbul’un İstanbul olmasına yaptığı katkı baş tacı edilmeli” diyor. Bugüne dek, konuyla ilgili çok yayın okudum, ama bu denli açık ve net ifadelere hiçbir yerde rastlamadım. Kitabı henüz edinmedim. Ancak ilgilenenler için, kitap ‘bgst Yayınları’ndan çıktı. Bu çok seviyeli söyleşiyi paylaşmak istiyorsanız, Milliyet Cadde arşivine girin.

Söyleşide, Soli Özel’in de çok kültürlülük hakkında görüşlerine yer verilmiş. Gerçekten ilginç. Zira konu nostaljiden çıkıp günümüze uyarlanabilirliği ile ilgili doğrular peşinde.

Gazetedeki resme baktığımda Akgönül, hayli genç bir öğretim üyesi. Merakımı gidermek için Google’a girdiğimde  hoş bir sürprizle karşılaştım. Güncel Hukuk Dergisi’nde gazetemiz yazarlarından Av. Rita Ender ile ortak yazılmış makalelerine rastladım.

Devami : http://www.salom.com.tr/news/detail/22281-Maya-takvimine-gore.aspx

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 29, 2011 dans Media

 

Étiquettes : , , , , , , ,

PLAIDOYER POUR LA TURQUIE

PLAIDOYER POUR LA TURQUIE

De François 1er à Nicolas Sarkozy
Six siècles de relations franco-turques

Jean-Pierre Salvetat
Catherine Izzo

« Si la Turquie était en Europe, cela se saurait… ». Cette phrase, pleine de certitude et de désinvolture prononcée par Nicolas Sarkozy en 2004, met en lumière une totale méconnaissance des réalités géographiques, géopolitiques, économiques, culturelles et historiques qui lient l’Europe à ce pays, et plus particulièrement des relations qu’a toujours entretenues la France avec lui.
Après une étude précise des six siècles de concorde culturelle, diplomatique, militaire et commerciale franco-turque et les conclusions des convergences politiques qui peuvent en être tirées, Plaidoyer pour la Turquie s’attache à montrer, à travers l’analyse de l’état de l’opinion en Europe quant à l’adhésion de la Turquie, à travers une description précise de la société turque actuelle (géographie, économie, réalités sociales et culturelles, société laïque musulmane…) et l’analyse de la position de repli de la France depuis l’ascension politique de Nicolas Sarkozy, que, si nous voulons une Europe forte, il est fondamental, d’un point de vue géostratégique, politique et économique, que la Turquie intègre l’Europe.
De Gaulle, Mitterrand et Chirac avaient fixé les règles du jeu. On les change aujourd’hui. Pourquoi ? Des intérêts électoraux, dopés par un populisme qui gangrène l’Europe, ont-ils succédé à l’intérêt national ? Il est fondamental que la réflexion l’emporte sur les pulsions…

Jean-Pierre Salvetat, avocat, se passionne depuis plus de trente ans pour les relations politiques entre la Turquie et l’Europe. À ce titre il a régulièrement interpellé nos dirigeants. Il préside l’Association Méditerranée France Turquie (AMFT) depuis 20 ans.

Catherine Izzo est photographe. Elle voyage en Turquie depuis de nombreuses années et est l’auteur notamment d’Istanbul carnets curieux aux Editions le Bec en l’air (2010).

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 29, 2011 dans Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , , ,

Barış İçin Sanat Girişimi

Barış İçin Sanat Girişimi’nden İçişleri Bakanı’na Kınama …

Basın Duyurusu ve Basın Toplantısına Davet

ÖNEMLİ DUYURU

Barış İçin Sanat Girişimi’nin konuyla ilgili düzenleyeceği basın toplantısı

29 Aralık 2011 Perşembe günü saat 11:00’de MAYA SAHNESİ’nde gerçekleştirilecektir.

İçişleri Bakanı İdris Naim Şahin, Terörle Mücadele Dairesi Başkanlığı’nın Afyonkarahisar’da, 26.12.2011 tarihinde yapılan Değerlendirme ve Koordinasyon Toplantısı’ndaki konuşmasında sanatçıları tehdit ederek, kendileri gibi düşünmeyen herkesi terörist olarak nitelemiştir.

Şahin terörle ilgili hayli geniş bir ‘arka bahçe’ tanımı yaparak: “Terör örgütünün yürüttüğü çalışma sadece dağda, bayırda, şehirde, sokakta, arka sokaklarda haince pusu kurarak yaptığı saldırılardan ibaret değil. Bir başka ayağı daha var. Psikolojik terör, bilimsel terör var. Terörü besleyen arka bahçe var. Terör propagandası var. Masum, makul, haklı gösterme gayreti var. Bir kısmı bu yapıyı görmüyor, göremiyor. Yeterli bilgisi olmayabilir. Birileri de ciddi halde saptırma yaparak, kendine göre gerekçeler uydurarak makulleştirerek, teröre destek veriyor. Resim yaparak, tuvale yansıtarak, şiir yazarak, şiire yansıtıyor, günlük makale yazarak. Hızını alamıyor. Terörle mücadelede görev almış askeri ve polisi, sanatına çalışmasına konu yaparak demoralize etmeye çalışıyorlar. Terörle mücadele edenle bir şekilde mücadele ediliyor. Arka bahçe İstanbul’dur, İzmir’dir, Bursa’dır, Viyana’dır, Londra’dır, Washington’dur, üniversitede kürsüdür, dernektir, sivil toplum kuruluşudur. Oraya da sızmışlardır. Bakmışsınız kültür, eğitim derneği. Bakarsınız ’think tank’ kuruluşu.” demiştir.

İçişleri Bakanı’nın açıklamaları birçok çevrede “gaf” olarak nitelense de, bu yaklaşımın gayet ciddi, planlı ve hesaplı olduğunu düşünüyoruz. Sanatçılara yönelik tehdit, baskı ve hedef gösterme girişimi olarak okunması gereken bu yaklaşım, “devlet” ten farklı düşünen herkesi “terörist” olarak yaftalamaktadır.  Devletten beklentimiz bulundukları her yerde kendi ifadeleriyle “İstanbul, İzmir, Bursa, Viyana, Londra, Washington”da terörist düşünür ve terörist sanatçı arayacaklarına, savaş politikalarını gözden geçirmeleri ve barış isteyen kesimleri tehdit etmeyi bırakmalarıdır.

Üç yıldır devam eden KCK operasyonlarının son dalgasında haberciler ve muhalif basın hedef alınmış; kağıtları, kalemleri, bilgisayar çıktıları “suç” unsuru olarak kaydedilmişti. Sanatçılara yönelik yapılacak operasyonlarda “ele geçecek” sahne, perde, bendir, gitar, tuval, fırça, boya, kalem gibi “suç aletlerini” toparlamak için oldukça çok çalışmaları gerekecek. Ve tabii kitaplar, defterler ve en önemlisi sanatçıların imgeleri, hayalleri…

Halbuki bizler bahçe değiliz. Arka bahçe hiç değiliz. Bizler, barış çizen, barış yazan, barış oynayan, barış söyleyenleriz. Demokrasiden, özgürlükten, adaletten, kimsenin bir diğerinin hamisi, abisi olmadığı bir kardeşlikten yana olanlarız. Savaşa, savaş kışkırtıcılarına karşı barış iklimini daim kılmaya çalışanlarız. Çatışmaları sona erdirmek, çocukların ölmesini, daha fazla kan akmasını engellemek isteyenleriz. Savaşla, savaş politikası ve savaş diliyle tüm toplumun çok önemli şeyler kaybedeceğini bilenleriz. Bu yüzden nefret kokan, nefret yayan her adımı, gelişmeyi, açıklamayı eleştirenleriz.

Ortaçağ karanlıklarından itibaren, sanatçı ve düşünürleri suçlu sayıp, suçlu ilan eden anlayışların bugünkü tezahürü olan İçişleri Bakanı’nın açıklamalarını kınıyor ve iktidar sahiplerini akıl tutulmasından kurtulmaya davet ediyoruz.

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 28, 2011 dans Manifestations culturelles, Media, News

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Les hackers nationalistes turcs à l’assaut du web français

Les hackers nationalistes turcs à l’assaut du web français

Ces pirates informatiques, qui revendiquent sans ambage leur appartenance aux milieux nationalistes, entendent protester contre le vote de la loi pénalisant la négation des génocides.

Le Figaro, 27/12/2011

Depuis ce week-end, le site du Sénat, de certains parlementaires et de blogs arméniens ont été victimes d’attaques informatiques. Ces dernières sont l’oeuvre de hackers turcs, le plus souvent nationalistes, qui protestent contre le vote de la loi pénalisant la négation des génocides, dont celui perpétré en Arménie en 1915.

Les attaques des sites de parlementaires et de blogs arméniens ont clairement été revendiqués par deux groupes (GrayHatz et Millikuvvetler) ainsi que quelques hackers indépendants. Ces pirates ont procédé à un défaçage, c’est-à-dire le remplacement de la page d’accueil d’un site Internet par une autre. En se rendant sur le site de la députée UMP Valérie Boyer, l’internaute pouvait lire un texte en turc et en anglais signé GrayHatz, surmonté d’un grand drapeau turc. Les hackers dénoncent un texte électoraliste en vue d’obtenir les voix de la diaspora arménienne de France pour les élections présidentielle et législative. L’attaque a été annoncée dimanche à 0h50 sur les forums du groupe.

GrayHatz n’en est pas à son coup d’essai. Selon le site spécialisé Zone-H, qui répertorie les attaques informatiques, le groupe turc s’est rendu responsable de plus de 250 attaques, majoritairement des défaçages, depuis 2006. Le Nouvel Observateur affirme que les membres de GrayHatz sont liés au groupe turc Akincilar, qui avait revendiqué en novembre dernier l’attaque du site de Charlie Hebdo après la sortie de son numéro «Charia Hebdo».

Des hackers possiblement liés à l’attaque du site de Charlie Hebdo

Akincilar, nom de légendaires cavaliers ottomans, se présente comme un groupe de «cyber-guerriers» défendant les valeurs de l’islam, mais également les intérêts turcs. Ils attaquent ainsi régulièrement des sites et médias favorables au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en lutte armée contre Ankara. Plusieurs sites israéliens ont également subi leurs foudres en 2010 après l’arraisonnement par Tsahal d’une flottille humanitaire se dirigeant vers Gaza, qui avait coûté la vie à neuf activistes turcs. Zone-H répertorie près de 7000 attaques revendiquées par ces hackers depuis 2010.

Le groupe Akincilar a prévenu Le Nouvel Observateur le 21 décembre de l’imminence d’attaques contre des sites français. «Nous avons pris connaissance de l’absurdité de [la loi française]. Il n’y aura pas d’absolution», stipulaient les hackers. Dans la nuit du 24 au 25 décembre, le groupe a promis au Nouvel Observateur de «pirater tous les sites web des députés français» et de compiler sur un site spécifique l’ensemble de leurs attaques ainsi que celles de «leurs amis» de GrayHatz.

«Bons petits soldats du nationalisme turc»

D’autres hackers turcs se sont également joints aux attaques. Le site du député UMP de la Côte-d’Or Bernard Depierre est actuellement défacé par un certain Atess, proclamant faire partie de la «cyber-armée turque». Interrogé par Le Bien Public, le député affirme ne «pas comprendre cette action», «surtout que je n’ai pas participé à la session de jeudi concernant le vote sur les génocides». Le groupe de pirates nationalistes Millikuvvetler a lui revendiqué sur Cyberhaber l’attaque d’une centaine de domaines français. CyberHaber évoque également les actions des hackers SaMuRa!, ZoRRoKiN et Black-Box, qui s’en sont pris ce week-end à plusieurs sites français dont ceux des municipalités de Rouillon et Cabannes.

 

Copie d'écran
Copie d’écran

Le Monde attribue quant à lui l’attaque du site du Sénat au hacker turc Iskorpitx. Un message attribué à ce dernier a été publié dans les commentaires du blog du journaliste Guillaume Perrier, correspondant du journal en Turquie, le 25 décembre à 12h35. Iskorpitx, 50 ans, est responsable de près de 500.000 attaques depuis 2003. Son plus grand fait d’armes est le défaçage simultané de 21.549 sites web. Pourtant l’attaque du Sénat ne porte pas sa marque habituelle. Iskorpitx remplace généralement la page d’accueil du site attaqué par une grande page noire, illustrée par un drapeau turc frappé du visage de Mustafa Kemal, et signée «by Iskorpitx (turkish hacker)».

Le site Slate s’était penché en novembre sur ces hackers , «bons petits soldats du nationalisme turc». «Tout ce qui est présenté comme danger ou menace pour les intérêts de la Turquie constitue une cible potentielle: les sites arméniens et kurdes (c’est le penchant nationaliste des pirates), les sites qui insultent l’islam (leur penchant conservateur), les sites américains (leur penchant anti-impérialiste)», explique le pure-player. Pour l’historien et politologue Samim Akgönül, interrogé par Slate, «on assiste à la répercussion dans le monde virtuel de l’idéologie de synthèse turco-islamique (…) S’il est dit que c’est contraire à l’Etat turc, à la turcité et/ou à l’islam, c’est qu’il faut le détruire».

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 28, 2011 dans Media

 

Étiquettes : , , , , ,

Histoire de la littérature turque du XIXe siècle

Histoire de la littérature turque du XIXe siècle

Ahmet Hamdi TANPINAR

Faruk BILICI

La Bibliothèque turque

Janvier, 2012 / 14 x 22,5 / 928 pages

traduit du turc par : Faruk BILICI, Ferda FIDAN, Valerie GAY-AKSOY, Gül METE-YUVA, Catherine ERIKAN

Cet imposant ouvrage est unique en son genre dans la mesure où il s’agit de l’histoire de la littérature et des idées d’une période charnière aussi bien au Moyen-Orient que dans les Balkans. C’est le mouvement de renouveau culturel qui est étudié ici sous tous ses aspects, de la naissance de la presse à la modernisation de l’enseignement, de la transformation des genres littéraires traditionnels à l’adoption et l’adaptation des apports littéraires européens comme le théâtre et le roman. Des chapitres substantiels sont consacrés aux pères fondateurs de la littérature turque contemporaine.

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 27, 2011 dans Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :