RSS

Archives Mensuelles: juin 2011

Rencontre estivale interculturelle

 

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 26, 2011 dans Manifestations culturelles

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Mitä muslimit tarkoittavat?

Mitä muslimit tarkoittavat?

(toim. Tuomas Martikainen & Tuula Sakaranaho)

190 sivua, pehmeäkantinen

Mitä muslimit tarkoittavat? tuo esiin islamilaisia virtauksia ja näkemyksiä elämästä Euroopassa ja Suomessa. Onnistuuko muslimien tosiasiallinen integraatio osaksi eurooppalaista elämänmuotoa? Toimivatko ne lukuisat kiistanalaiset, myös uskonnolliset, pohdinnat siitä, minkälaista muslimien hyvän elämän tulisi olla islamilaisen maailman ulkopuolella? Kirja haastaa yksipuolisen ja usein demonisoivan näkemykset islamista uhkana eurooppalaiselle elämänmuodolle.

Kirjan kirjoittajat ovat eurooppalaisen islamin tutkijoita sekä suomalaisia muslimeita ja ajattelijoita.

Kirjoittajat

Jørgen S. Nielsen, Samim Akgönül, Tuomo Melasuo, Juha-Antero Puistola, Teuvo Laitila, Tuomas Martikainen, Husein Muhammed, Suaad Onniselkä, Abdi-Hakim Yasin Ararse, Antero Leitzinger

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 25, 2011 dans Manifestations culturelles

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Cierna Voda / Bratislava 20-22 juin 2011

Ciel Bleu

Escaliers menant au château

Le beau Danube

Quartiers soviétiques

Belle vue!

Virgini Deiparae Sacrum

By Night!

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 25, 2011 dans voyages... voyages

 

Étiquettes : , , , , , , ,

« Et si la Turquie ne voulait plus de l’Europe ? »

« Et si la Turquie ne voulait plus de l’Europe ? »

Par Tania Gisselbrecht

Dans le cadre du projet Orient Express Reporter, CaféBabel Strasbourg organisait le 3 mai un débat intitulé « Et si la Turquie ne voulait plus de l’Europe ? ». L’accroche, qui se voulait provocatrice, visait avant tout à opérer un renversement de la perspective euro-centrée dans laquelle se tient habituellement le débat de l’accession de la Turquie à l’UE. En écoutant la parole des Turcs (natifs ou d’adoption), le public a pu découvrir comment les Turcs perçoivent leurs voisins européens et l’attitude de l’UE à l’égard de leur pays. Les Turcs pensent-ils que l’avenir de la Turquie peut se construire hors du giron européen ? Un politologue, un journaliste et une artiste se sont fait l’écho de la diversité des positions qui traversent la société turque.

Les intervenants :

Samim Akgönül, Maître de Conférences au Département d’études turques de l’Université de Strasbourg, chercheur au Laboratoire PRISME du CNRS
Jérôme Bastion, journaliste freelance basé à Istanbul
Ajda Giray, chanteuse, auteure, compositeur, interprète

D’entrée de jeu, une évidence s’impose. L’histoire de la Turquie et de l’UE tient plus du « Je t’aime, moi non plus » que de la relation apaisée. Curieusement, tout au long des échanges, le vocabulaire utilisé par les participants empruntera souvent au registre amoureux. Jérôme Bastion évoque une relation qui oscille « entre grands élans du cœur et espoirs déçus ». La chanteuse Ajda Giray parle de sa « déception, du sentiment d’être trompé, d’une réaction romantique en quelque sorte », pour décrire son sentiment personnel vis-à-vis d’une Europe qui semble ne pas vouloir de la Turquie. Il convient donc de se garder de penser « que la Turquie a tourné dos à l’Europe ». Simplement se sentant délaissée, « elle s’intéresse à d’autres mondes. » conclut-elle.

Et les intervenants de continuer à filer la métaphore amoureuse. En dépit de ce sentiment de rejet, le désir d’Europe est cependant intact en Turquie, selon Jérôme Bastion. Le politologue Samim Akgönül précise : ce désir est « de nature structurelle », « il s’agit d’un projet civilisationnel pour la Turquie » alors que « les atermoiements (qui perturbent les négociations d’accession NDLR) sont eux de nature conjoncturels ».

debat_turquie_03052011_samimakgonul.jpg Il est toutefois indubitable qu’un sentiment lassitude gagne la population face à des négociations qui semblent s’éterniser indéfiniment et dont on ignore si elles déboucheront sur une véritable adhésion. Ce sentiment d’injustice n’altère cependant pas question la confiance des turcs. Jérôme Bastion cite de récents sondages indiquant que 53% des Turcs restent convaincus que la Turquie entrera dans l’UE. A noter que ce chiffre atteignait 75% au moment de l’ouverture négociations. Pour Samim Akgönül, la Turquie est en Europe mais deux tendances la traversent simultanément. Une perception d’appartenance (je suis européen) doublée d’une perception d’altérité lorsque les Turcs viennent en Europe (on ne veut pas de moi).

Par ailleurs, « l’élite occidentale turque se pense en Europe. Mais elle a commencé à produire un discours anti institutionnel car le pays s’est vu refusé par l’UE. A tel point que la pro-européanité de l’AKP est devenue suspecte. » argumente le politologue. Par contre, « les couches oppressées de la société sont devenues pro-européennes. Les alévis, les Kurdes voient dans l’UE un moyen d’émancipation …. Les Islamistes aussi ont soutenu l’européanisation , malgré un sentiment d’altérité religieuse très fort, car la liberté permet la visibilité de la religion dans la société ».

Une des répercussions majeures de l’attitude de rejet développée par l’EU à l’égard de la Turquie est l’exacerbation du nationalisme. Et c’est là « un point commun de tous les partis » présents sur l’échiquier politique turc. Ceci explique notamment que l’opinion publique turque a très mal perçu l’entrée dans l’UE de pays qui appartenaient autrefois à l’empire ottoman, poursuit le politologue.

Le tropisme ‘arabe’ de la diplomatie turque ne signifie pas que « les turcs sont pas entrain tomber amoureux des arabes ». Il « ne remplacera jamais l’avenir européen de la Turquie » affirme Jérôme Bastion. Même si le projet européen est économiquement fragilisé, la Turquie n’a pas d’autres projet civilisationnel que son entrée dans l’UE. La Turquie a certes rééquilibré sa politique étrangère, mais pour le journaliste, le pays ne mène pas un double jeu. Une politique versant arabe « rassure les turcs sur leur identité musulmane ». Et reconnaissons qu’ainsi « la Turquie se rend aussi de plus en plus utile pour Europe ».

debat_turquie_03052011_ajdagiray.jpgAjda Giray tient à ajouter qu’à ses yeux « le peuple turc n’est ni européen, ni oriental, c’est un peuple unique, effet naturel de sa position géographique. Il faut accepter cette réalité ». Pour avancer sur le dossier turc, il faudra, selon elle, aussi résoudre une question fondamentale pour l’Europe : « se voit –elle homogène ou plus ‘colorée’ »?

Au final, ces relations en forme de montagne russes soulèvent effectivement une question dont UE ne peut faire l’économie : de quelle Europe parle-t-on ? Quelle Europe veut-on construire ? Une Europe historique, civilisationnelle, politique ? En Europe, nous avons tendance à circonscrire notre vision de l’Europe à l’Europe occidentale. Pour Samim Akgönül « il s’agit là d’un vision manichéenne, essentialiste en termes identitaires et religieux. Ce discours politique conduit au blocage ». En Turquie aussi, la vision de l’Europe est multiple. Elle est aussi le reflet d’une autre réalité : l’Europe n’est plus sexy même en Europe.

Quoiqu’il en soit, il est aujourd’hui difficile d’imaginer que le statu quo se prolonge ou que le processus de négociation casse. Malheureusement l’inverse, un déblocage, est tout aussi difficile à concevoir, estime Jérôme Bastion. Pourtant, « la Turquie est déjà quasiment en Europe, les liens sont si forts que la prise de décision ne peut plus se faire sans elle », avance-t-il. « On est déjà au-delà du partenariat privilégié proposé par la France et l’Allemagne » comme alternative à l’adhésion.

L’issue du processus de négociation n’est donc pas le plus important. La Turquie profitera des négociations s’il y a une carotte (démocratisation, industrialisation…) estime Samim Akgönül. Et de paraphraser Clémenceau : « en amour, le meilleur moment c’est quand on monte l’escalier ». Autrement dit, c’est ce qu’apportera le processus aux deux partenaires qui compte. Démocratisation pour la Turquie, réflexion sur la nature du projet européen pour l’Europe.

debat_turquie_03052011_1.jpg
CaféBabel remercie la Librairie Kléber pour son accueil, ainsi que la Ville de Strasbourg et le Club de la presse qui ont relayé l’évènement.

“This project has been funded with support from the European Commission. This publication communication reflects the views only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein.”

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 15, 2011 dans Manifestations scientifiques

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Muslimani u Evropi

Muslimani u Evropi

 

Muslimani u Evropi nudi najnovije podatke o situaciji muslimana u Evropi. Obrađeno je četrdeset i šest evropskih zemalja od Atlantika do Urala. Izvještaj za svaku od zemalja sadrži dostupne informacije o šesnaest tačaka: muslimanskom stanovništvu, odnosu islama i države, glavnim muslimanskim organizacijama, džamijama, obrazovanju muslimanske djece, islamu u visokom obrazovanju kao i obuci islamskih kadrova, ukopu muslimana i njihovim grobljima, imamskoj službi u državnim institucijama, vjerskim praznicima, halal-hrani, kodeksu oblačenja, izdavaštvu i medijima, porodičnom pravu, međureligijskim odnosima, javnom mnijenju i debatama oko islama i muslimana te važnijim kulturnim događajima u životu muslimanskih zajednica.

Muslimani u Evropi je nezamjenjiv izvor informacija za istraživače, analitičare, medije, političare, aktiviste u nevladinom sektoru i studente.

Urednici:

Jørgen S. Nielsen je profesor islamskih nauka i voditelj Centra za evropsku islamsku misao Teološkog fakulteta Univerziteta u Kopenhagenu. Autor je djela Muslimani u Zapadnoj Evropi i jedan od urednika zbornika Šerijat kao diskurs: Pravne tradicije i susret sa Evropom.

Samim Akgönül je vanredni profesor na Univerzitetu u Strasborugu i istraživač Državnog centra za naučna istraživanja Francuske (CNRS). U skorije vrijeme izdao je Religije Turske, religije Turaka: Novi akteri u proširenoj Evropi.

Ahmet Alibašić je predavač je na Fakultetu islamskih nauka u Sarajevu i direktor Centra za napredne studije u Sarajevu. Autor je brojnih članaka o islamu u jugoistočnoj Evropi i međureligijskim odnosima.

Brigitte Maréchal je profesorica na Fakultetu političkih i društvenih nauka i direktorica Centra za interdisciplinarne studije o islamu u savremenom svijetu na Katoličkom univerzitetu u Louvainu, Belgija. Autorica je djela Muslimanska braća: Korijeni i diskurs. Christian Moe piše i radi kao istraživač u Sloveniji. U fokusu njegovih istraživanja su muslimani na Balkanu, ljudska prava i vjerske reforme. Jedan je od urednika djela Novi pravci u islamskoj misli.

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 10, 2011 dans Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

L’avenir des migrations et migrations à venir

L’avenir des migrations et migrations à venir

jeudi
9 Juin
12.30

Librairie Kléber

Conversation de la Salle Blanche

« Compétences Interculturelles » est une
collection destinée à présenter les travaux
des chercheurs et des acteurs sociaux qui
ont pour but d’identifier et de valoriser les
ressources et les compétences interculturelles
des populations et des institutions confrontées
aux mouvements migratoires, à la
multiplicité des référents socioculturels
et aux contacts entre cultures.
Venez échanger avec Altay A. Manço, auteur
et directeur de la collection « Compétences
Interculturelles » et directeur scientifique de
l’Institut de Recherche, Action et Formation
sur les Migrations (IRFAM) de Liège, et trois
chercheurs Strasbourgeois : Stéphane de
Tapia directeur de recherches au CNRS et
chargé d’enseignement au Département
d’Etudes turques, membre du Laboratoire
« Cultures & Société » de l’U.S.
Samim Akgönül maître de conférences à l’US,
aux études turques, et chercheur au CNRS.
Laurent Muller maître de conférences au
Département des Sciences sociales et membre
du Laboratoire « Cultures & Société » à l’US.

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

La Turquie en Europe L’opinion des Européens et des Turcs

La Turquie en Europe

L’opinion des Européens et des Turcs

Bruno Cautrès, Nicolas Monceau

L’adhésion de la Turquie à l’Union européenne divise. Jamais élargissement n’a suscité autant de réactions contrastées, voire d’oppositions radicales. Cette candidature soulève en effet des enjeux inédits sur l’identité, les valeurs, les frontières et le déficit démocratique de l’Europe.

Ces débats nous parlent avec force des non-dits d’une construction européenne fondée sur des postulats culturels et géographiques. Ils révèlent en sous-main la place prise par la question des migrations et celle de l’islam au sein des pays de l’Union.

Tel un miroir inversé, le regard des Turcs sur l’Europe et leur désenchantement face aux réticences des Européens forment l’angle original de cet ouvrage qui propose une analyse croisée de l’évolution des opinions européennes et turques.

À l’heure où la Turquie entend jouer un nouveau rôle de puissance régionale, il appartient désormais aux gouvernements européens d’apprécier l’opportunité, ou au contraire le risque, de gagner ou de perdre la Turquie comme partenaire à part entière.

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 6, 2011 dans Nouvelles Publications

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :