RSS

Unutmak için Hafiza

17 Nov

Une mémoire pour l’oubli

Le temps : Beyrouth

 Le lieu : une journée du mois d’août 1982

 Texte de Mahmoud Darwich  [Editions Actes Sud]

Mise en scène Pascale Spengler

  Du 24 au 28 nov. à 20h30 / Le 29 nov. à 17h / Taps Gare à Strasbourg

 Du 3 au 5 déc. à 20h30 / Cour des Trois Coquins à Clermont Ferrand 

Une troisième guerre mondiale qui n’arrête pas d’en finir, un studio de fortune, des hommes produisent pour

une télévision clandestine une écriture audiovisuelle dédiée au célèbre poète palestinien Mahmoud Darwich,

né le 13 mars 1941 à Al-Birwah en Galilée et mort le 9 août 2008 à Houston, à partir de son récit  “Une mémoire pour l’oubli“.
Beyrouth est, avec le narrateur, le personnage principal du texte. Ce récit est en réalité la narration d’une

passion entre la ville et le poète, passion qui trouve son dénouement tragique avec les événements de l’été 1982.

“Une mémoire pour l’oubli” montre une équipe de réalisation au travail relisant l’archive d’une écriture à l’épreuve du temps.

C’est par une fiction réinventée à neuf que se fera la transposition scénique d’extraits de ce récit écrit par Mahmoud

Darwich “Une mémoire pour l’oubli”. Le texte relate une journée du poète à Beyrouth lors des événements tragiques qui

ont suivi l’invasion israélienne en juin 1982 : l’état de siège et le départ de l’OLP de Beyrouth.

Plasticienne, comédienne, performeuse et metteur en scène, Pascale Spengler explore des œuvres offrant des univers

très contrastés tels que S. Beckett, B. Brecht, H. Müller, B.M. Koltès… Mahmoud Darwich.

Avec le Collectif de Théâtre Les Foirades dont elle assure la direction artistique depuis une vingtaine d’années,

elle promeut un théâtre de recherche autour de l’idée selon laquelle il existe des zones d’influences réciproque

dans lesquelles les formes d’art circulent, s’échangent et se nourrissent entre elles, bouleversant les disciplines de l’art,

la délimitation des objets et les méthodologies.

 Textes : Mahmoud Darwich
Traduction : Farouk Mardam Bey et Yves Gonzalès-Quijano

 Mise en scène : Pascale Spengler
Réalisateur audiovisuel : Bruno de Chénerilles
Photographe : Jean-Louis Hess
Vidéaste : Nadine Birghoffer
Comédien bilingue français-arabe : Amine Sabir
Collaboration artistique : Christine Heimlich
Régisseur plateau : Jérôme Rivelaygue
Lumières : Laurent Olivier
Décors plateau : Jean-Louis Boucher
Voix hébraïque : Rafael Goldwaser

 En partenariat avec le festival de Strasbourg- Méditerranée et le Théâtre du Pelican de Clermont Ferrand

 En co-production : la Ville de Clermont Ferrand

 Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication-DRAC Alsace, la Région Alsace,

le Département du Bas-Rhin, la Ville de Strasbourg et la Ville de Clermont-Ferrand

  Production Collectif de Théâtre Les Foirades :www.lesfoirades.org

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 17, 2009 dans Manifestations culturelles, News

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :