RSS

Bosphore en couleur

19 Juin

Marc Riboud et Ara Güler

Autour du Bosphore

riboud

PROMENADES PHOTOGRAPHIQUES

du 19 juin au 30 août 2009 • de 14h30 à 18h30, fermé le mardi
Seulement le week-end à partir du 1er septembre
C’est une rencontre au sommet que vous allez découvrir au Manège Rochambeau, voici plus de cent photographies pour vous promener à travers la Turquie et dans les rues d’Istanbul. Vieux complices, malicieux et attentifs, leurs photographies se répondent et s’accompagnent.
À la manière de deux musiciens qui jouent à quatre mains, Marc Riboud et Ara  Güler nous proposent deux regards uniques et inédits sur la Turquie de 1954 à 1998

Marc Riboud, voyageur magnifique

Cet homme est libre. Cet homme est passionné. C’est un voyageur magnifique que le monde continue d’étonner.
Cet homme est libre. Parce qu’il sait se perdre sur les chemins du monde, sans jamais s’égarer dans les méandres de l’Histoire. Parce qu’il aime l’aventure, adore la fantaisie, recherche l’imprévisible, mais garde ses distances avec les événements, son libre arbitre dans les débats d’idées, une belle indépendance devant les idéologies. Cet homme d’image est un homme de culture qui, dans son sac de photographe, a toujours plusieurs livres. Et sur sa table de travail, à portée de main, quelques belles citations.
Cet homme est libre. Il aime et il photographie intensément la vie. Il ne cherche pas d’effet. Il ne prend pas la pose. Quand on lui demande de commenter l’une de ses photos, le voilà qui hésite, pudique, embarrassé. Ses longs doigts approchent alors l’image, indiquent des lignes, effleurent une courbe, s’attardent sur un détail. Et puis non, décidément, on se passera de mots. Ils seraient malhabiles. L’oeil seul fera son chemin.

Annick Cojean, journaliste au Monde

Ara Güler : Ni artiste ni photographe …mon œil !

« Je ne suis pas photographe, je suis journaliste, l’art m ‘emmerde ! »   Ara Güler, patriarche  un peu bougon attablé au Café Ara commente ainsi plus de cinquante ans de photographies que nous regardons ensemble afin d’en extraire ce témoignage. «  Pas photographe… L’art m’emmerde… la photographie est plus importante que l’art »  répété à chaque chroniqueur, chaque entretien, il défend son point de vue et  définit la photographie  comme « la chronique visuelle de l’histoire contemporaine». Le photographe est un homme à la poursuite de la vérité, dit-il, l’art est quelque chose d’important mais l’histoire de l’humanité est plus importante. Nous sommes les yeux du monde. Nous voyons au nom d’autres personnes. Nous rassemblons l’histoire visuelle de la terre d’aujourd’hui ».
Ni artiste, ni photographe, journaliste… il raconte, il montre, il nous promène dans son univers, il ne  « prend » pas des photos, il donne au spectateur des histoires de vie. A travers les rues, de l’aube à la nuit, il raconte les travailleurs, le petit peuple qui fait la vie d’Istanbul. Ceux qui partent tôt le matin  et ceux qui s’endorment le soir, épuisés de fatigue, sur la table d’un bar. Avec la rigueur d’un cadrage très serré, dense, qui donne toute sa force à l’image, il dirige notre regard vers ce qui est essentiel. Nous faire partager ces instants donnés, ces instants  saisis avec humour et humanité, est comme une seconde respiration, une évidence.
Marc Riboud  et Ara Güler se rejoignent sur ce chemin où la forme compte et le sens de toute façon est là, avec exigence.

Odile Andrieu

 

 
1 commentaire

Publié par le juin 19, 2009 dans Manifestations culturelles

 

Étiquettes : , , , , , ,

Une réponse à “Bosphore en couleur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :