RSS

Séminaire « Exils, migrations et métissages : des identités en chantier ? »

13 Fév

Séminaire « Exils, migrations et métissages : des identités en chantier ? »

Laboratoire Cultures et sociétés en Europe

2008/2009

 

mardi 17 février 2009, 18-20h, salle de la Table Ronde (MISHA)

 Denis MERKLEN

« Une politique de la souffrance. L’expérience de l’exil uruguayen en France (1972‑2008) »

L’exil des Uruguayens en France commence en 1972 et finit formellement en 1985 avec le retour du pays à un régime démocratique. Mais l’expérience de l’exil s’étale sur plus de trois décennies et elle se trouve jalonnée par plusieurs événements. Ainsi, à la fin de la dictature s’ajoute le triomphe en 2004 de cette gauche exilée des années 1970 qui accède alors au gouvernement. L’exil des Uruguayens en France se distingue de l’expérience des autres exilés latino-américains des années 1970, et elle se distingue aussi de l’exil des Uruguayens vers d’autres destinations car en France arrivent majoritairement des guérilleros Tupamaros (des communistes iront au Mexique, par exemple). Comment les matrices politiques et les évènements historiques ont-ils travaillé les expériences individuelles ? Comment les individus ont-ils recréé histoire et schémas politiques à partir de leurs expériences de l’exil ? Le groupe des exilés, la communauté de l’exil, est placé au centre d’un processus intense et non-réflexif (car la plupart du temps inconscient) de la subjectivité. Le collectif constitue à la fois une ressource pour l’interprétation d’événements marquant les biographies individuelles (l’exil, le retour au pays, la naissance des enfants, la rupture ou la constitution de couples) et une possible élaboration de la souffrance.

 

 
Denis Merklen, Quartiers populaires, quartiers politiques, éd. La Dispute

Paris, janvier 2009

 

Denis Merklen est sociologue, enseignant-chercheur à l’Université Paris 7 Diderot et membre du Centre d’Études des Mouvements Sociaux (EHESS/CNRS). Ses recherches portent sur les classes populaires, leurs modes d’inscription collective, d’individuation et de socialisation politique.

Pour les classes populaires, le quartier est devenu le terrain des nouvelles solidarités et identités. De nouveaux conflits y prennent forme. Le quartier est aussi l’espace de l’action publique et de ses institutions, qu’elles soient étatiques ou non : école, police, associations, politiques sociales, partis politiques, groupes religieux s’y activent. Et du coup, ici aussi, se localisent les formes variées de l’action collective, de la protestation à la négociation, de la révolte à la participation créatrice à tout un ensemble de politiques sociales, urbaines ou culturelles.

Le positionnement même des catégories populaires au sein de la société en est bouleversé. Changement de sociabilité, changement du sens de la politique, changement dans les processus d’individuation, Denis Merklen, sociologue, nous propose de comprendre ce complexe de phénomènes qui a transmué les « travailleurs » en « habitants » ou en « pauvres ».

Robert Castel nous dit dans sa préface que « son analyse rigoureuse de ce qui se passe effectivement dans les situations sociales de changement extrême nous invite à élargir la conception que l’on se fait communément de la politique ». C’est en effet en bonne partie l’avenir de nos démocraties qui se joue entre ces mots qui n’ont rien d’interchangeable, individu, citoyen, pauvre, habitant, travailleur …

 

 
Poster un commentaire

Publié par le février 13, 2009 dans Manifestations scientifiques

 

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :